DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 2656 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  Pour la sauvegarde des forêts et des animaux , par Soria , le 6 juillet 2018 à 15h39

    La sauvegarde des forêts passe par l interdiction de la production d huile de palme sans compromis .
    il faut incitera à liliter la consommation de viande et de produts laitiers
    surrveiller vraiment la maltraitance animale en créant pourquoi pas une pilice des animaux et notamment mettre l accent sur les conditions de transport et d abattage

  •  Pour nos enfants, par catherine Pin , le 6 juillet 2018 à 15h37

    Inutile de répéter les enjeux de la déforestation, tous les scientifiques nous alertent depuis de nombreuses années et les preuves ne sont plus à apporter. Il s’agit maintenant de courage politique et c’est ce que j’attends de vous.
    "Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas" alors agissons !

  •  Deforestation, par Stolojan Nicolas , le 6 juillet 2018 à 15h37

    Les meubles Ikea contribuent fortement à la déforestation sauvage de pays proches comme la Roumanie, ou des sous-traitants d Ikea et une grande société autrichienne Schweighofer Holzindusyrie devastent les forêts en profitant de la corruption générale des politiciens locaux.
    Plus généralement, les bois précieux et bambou importé de Chine sous forme de parquets, même couverts par labels écolos, sont tous suspects, au même titre que l huile de palme qui détruit les forêts de Borneo.

  •  Plus de deforestation pour la survie de l’homme et de la biodiversité , le 6 juillet 2018 à 15h37

    Pensons aux générations futures qu’ils diront ou sont passé la biodiversite les grands singes (nos cousins) pour enrichir quellques multinationales , trouvons ensembles d’autres alternatives contre ce crime, respectons la nature les animaux . Qui sommes nous pour nous croire superieur et tout detruire en quelques secondes ce que la planete a mis des siecles a construire . ARRETONS ce massacre tout de suite svp .

  •  Arrêtons de participer à la destruction de notre écosystème , par Chapuliot Estelle , le 6 juillet 2018 à 15h37

    Je trouve scandaleux que nous, Européens informés et pour la plupart conscients de l’impact de nos achats, continuons à aggraver la déforestation actuelle. Les arbres sont nécessaires à la survie de tous sur cette planète (captation CO2 et rejet d’O2, protection de tout un écosystème en dessous d’eux : couper un arbre c’est détruire tout l’équilibre qui s’est établit autour). Les forêts sont aussi parfois le lieu de vie de populations humaines, qui se trouvent chassées de chez eux, et démunis au sein d’une société ’moderne’ dans laquelle ils survivent difficilement . La déforestation est à la fois un problème social et environnemental.
    Une forêt primaire met des milliers d’années à se développer...
    Qu’attendons-nous pour sauver les dernières forêts non transformées par l’Homme ?
    Il s’agit de notre survie et de celle de bien d’autres espèces.
    Maintenant que nous sommes conscients de l’impact de nos achats à l’international, stoppons ce carnage en refusant les produits favorisant la déforestation.
    Pensons au long terme ! Des décisions politiques sérieuses et engagées sont nécessaires.

  •  RESPECT, par Gérard MARTIN , le 6 juillet 2018 à 15h36

    Non à la déforestation de l’Amazonie.Oui aux cultures indigènes !
    Respect de notre Terre Mère sur toute la planète.
    Oui à une écologie intégrale de toutes les dimensions de tous les Hommes,et de toute la Terre.

  •  Agissons vite !!, par Lionel Schwarz , le 6 juillet 2018 à 15h36

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Poumon du monde, par Mathias Walter , le 6 juillet 2018 à 15h36

    La forêt et notamment celle d’Amazonie est le poumon du monde, sans compter qu’elle contient une richesse incroyable au niveau de la faune et de la flore, les grands singes, etc. Mais aussi des peuples qui ont un respect autrement plus grand pour la nature que nous, donc évidemment je dis non à l’huile de palme et non à la déforestation ! Ne touchez plus à cet écosystème et surtout, agissez, messieurs les politiques ! Et laissez Nicolas faire son job !

  •  Il serait temps ! , par Mélissa Gilbert , le 6 juillet 2018 à 15h36

    Il est grand temps que des politiques qui vont dans ce sens soient mises en oeuvre. Les impacts sur la biodiversité de ces régions sont désastreux. Il faudrait enfin que nous pensions à préserver la nature en premier lieu et en commençant par interdire l’huile de palme provenant de la déforestation dans les produits vendus en France.
    Nous sommes déjà trop en retard dans nos actions en matière écologique...

  •  SNDI, par Myriam DITTA , le 6 juillet 2018 à 15h35

    La France doit cesser de subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et les interdire tout comme il est impératif qu’elle interdise les plans d’approvisionnement des raffineries françaises incluant des matières premières alimentaires ou naturelles (Cf. la raffinerie géante de Total à la Mède).

    Par ailleurs, afin de mettre fin aux effets dévastateurs de notre modèle d’élevage par la destruction des forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et conduire des campagnes de sensibilisation des consommateurs en faveur de la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  NON A LA DEFORESTATION, par HARO Jeanie , le 6 juillet 2018 à 15h35

    Monsieur MACRON
    Je vous demande de revoir avec le Ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot que j’apprécie et que je respecte beaucoup votre souhait d’importer de plus en plus d’huile de palme vers nos raffinerie car pour cela il va falloir faire de la déforestation pour planter des palmiers.

    Nos forêts sont notre poumon, notre terre est à bout de souffle, Mr MACRON vous voulez construire toujours plus, créer des logements mais arrêtons de bétonner et de saccager toutes nos terres et nos belles forets !

    Qu’allons nous laisser en héritage à nos enfants et petits enfants ?

  •  Valeur , par Florence , le 6 juillet 2018 à 15h35

    Devenir au même titre que certains pays des exemples de propreté et d’intelligence par le biais d’une profonde remise en question des fondements de la définition d’une consommation saine et ce a tous les niveaux , alimentaire , agroalimentaire , biocarburant.
    L’enjeu outre le fait d’exploiter et ce de manière inacceptable les ressources étrangères animale, végétal, humaine, il s’agit d’inculquer le vrai sens du mot valeur, respect, justice aux enfants de la planète. Ce travail ne peut se faire qu’une d’une manière individuel et par la suite collective. La prise de conscience et le changement dans les consommations doivent être individuel puis impacter le collectif.

  •  Manque d’ambitions , par Keff Stéphane , le 6 juillet 2018 à 15h34

    Bonjour,
    Je trouve que le texte manque d’ambitions comme toujours. Quid de l’état des forêts en France.
    Qui va contrôler ?

  •  protection urgente de la planete, par Pellegrin , le 6 juillet 2018 à 15h33

    La France doit absolument être en pointe dans le domaine de la protection de la planète, l’urgence est absolu, que ce soit sur notre territoire : en finir définitivement avec les gros pollueurs, EDF, Areva, tous les pétroliers (Total, esso etc),et bien d’aitres encore, les alternatives existent !!! enercoop par exemple.
    Mais aussi il est urgent de ne plus importer de "MERDES" !!!
    Et enfin, arrêtons de lécher les bottes des agriculteurs pollueurs gavés de pognon, FNSEA principalement, le Glyphosate est un scandale, mais il y a bien de gens qui le rependent, ce sont des assassins en puissance, l’agriculture propre existe, de plus en plus de paysans nous le prouvent !!! pensons à nos enfants, cela devrait suffire à nous faire régir non ?

  •  Sauvons nous, par Claire , le 6 juillet 2018 à 15h33

    Comme nous savons parfaitement, les forêts sont les poumons de la planète. Sans eux, plus d’hoxygène et donc plus de vie. Peut importe les bénéfices que cette économie peut engendrer. Mort, l’argent ne sert plus à grand chose !
    Alors voilà, arrêtons de penser comme des idiots et commençons à penser global. Commençons à nous reconnecter avec la Nature, avec la Vie, au lieu de penser rentabilité et pognon, pognon, pognon... Pensons à notre santé à tous (êtres vivants) et notre bien-être.
    STOP A LA DEFORESTATION !

  •  Orientons nous vers une contenance volontaire et un development durable, par Victor Ferreira , le 6 juillet 2018 à 15h32

    Consommation .... consommation de plus en plus !

    Plutôt que consommer ce qui est ailleurs, apprenons plutôt à utiliser et ré-utiliser ce que nous avons, limitons-nous à ce que nous pouvons produire de manière durable et soutenable. Et surtout : RÉ-UTILISONS !

    Quel intérêt à avoir des essences rares si on peut faire la même chose avec nos essences d’ici ?

    La planète subit une transformation dramatique causée par l’homme et qui ne privilégiera que l’homme lui-même. Nous subirons les effets des actions que nous faisons maintenant. Nous devons apprendre à réutiliser et revaloriser ce que nous sommes capables de produire ici. N’importons plus à tout champ, et aidons les autres populations à faire de même ! Ce n’est pas du protectionnisme mais vivre harmonieusement dans écosystème qu’est le notre et qui est peut-être différent des autres continents.

  •  Interdiction de l’huile de palme, par Yves Le Gat , le 6 juillet 2018 à 15h31

    Deux mesures urgentes :
    1 interdiction immédiate de l’importation d’huile de palme, alimentaire et agro-carburant,
    2 évaluation du bilan énergétique global des autres agro-carburants

  •  Déforestation NON !, par Déborah Bernard , le 6 juillet 2018 à 15h31

    Si vous daignez consulter les citoyens, tenez compte de nos avis ! Les hommes politiques et les grandes multinationales ne sont pas représentatifs du peuple. Stop au carnage, stop à la destruction de l’environnement ! Les forêts sont vitales, il nous faut tout mettre en oeuvre pour préserver notre planète. Il y a urgence, tout le monde le sait, mais aucune décision contraignante n’est jamais prise !

  •  respect de la Nature OBLIGATOIRE, par hudelot , le 6 juillet 2018 à 15h30

    ça passe avant le respect de vos portes monnaie Messieurs les décideurs... de toute urgence... car bientôt même votre argent n’achetera une planète B... il n’y en a pas à vendre...

  •  Priorité à l’éducation, par Voeltzel , le 6 juillet 2018 à 15h28

    Pour garantir l’atteinte des objectifs, il faut donner une priorité à l’éducation afin que les enfants éduqués soient les militants qui obligeront les gouvernements à faire respecter la planète