DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 2656 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  La terre respire, par Fandard , le 6 juillet 2018 à 16h15

    Bonjour, la terre respire et vie naturellement, mais aussi sous l’influence les perturbations des actions humaines. Nous connaissons Le pillage des ressources naturelles, la destruction des biotopes qui mettent en danger de vie des millions de personnes. Les avantages retirés par les plus riches à brève échéance, engendrerons aussi pour les plus aisés des risques majeurs. Car il est impossible d’arrêter les pollutions de l’air, les insectes nuisibles, les plantes envahissantes, la surchauffe des températures, les courants marins transportant les pollutions. Les risques ne s’arrêtent pas aux frontières.
    Salutations. Serge.

  •  Forêt = Vie, par ROY Cécile , le 6 juillet 2018 à 16h15

    Outre les différents moyens pré-existants, il est primordial de sensibiliser les gens dès le plus jeune âge par des activités telles que planter des arbres, comprendre la biodiversité, apprentissage des règles de tri etc...
    Mais cette sensibilisation doit, en ce qui concerne les entreprises, aller plus loin avec des mesures obligatoires et conservatoires quant à leur implication directe ou indirecte avec la déforestation ! La biodiversité avant le profit !
    L’État quant à lui, doit être le premier ACTEUR du changement en obligeant entreprises et population à changer leurs habitudes : lois, taxes, aides, initiatives...

  •  LA VIE EST APPARUE SUR TERRE PUIS LES HUMAINS SONT APPARUS ..., par MANTIO , le 6 juillet 2018 à 16h14

    Aujourd’hui, la planète Terre a besoin de nous. En tant qu’être humain, nous devons protéger la nature qui est si belle et qui nous fournit de quoi vivre ... par exemple avec l’oxygène produit par les arbres. Le gouvernement ne doit pas penser comme une multinationale qui a besoin de se faire de l’argent au détriment de la santé humaine. Nous avons BESOIN de la nature pour vivre... CHANGEONS Notre façon de consommer pour que les industriels changent leur façon de produire. Si chaque être humain agit en changeant sa façon de consommer, en privilégiant les produits locaux, en boycottant les produits fabriqués à l’autre bout du monde, ... on pourra faire bouger les choses et faire REAGIR le gouvernement. Aussi, éduquons nos enfants et sensibilisons les sur l’impact de la déforestation, qu’à leur tour, ils veulent changer les choses. Je vis sur une ile et quand je vois qu’on préfère construire un circuit automobile pour permettre aux gens de faire de la course au lieu d’investir cet argent pour traiter l’eau qui n’est pas potable, ou investir dans la protection de la biodiversité de l’ile, je me dis qu’il y a un sérieux problème dans la société actuelle... et qu’il faut vraiment que cela change avant qu’il ne soit trop tard !

  •  ARRËTE DE FAIRE DES LOIS , par DEVAL , le 6 juillet 2018 à 16h12

    Bonjour,

    Pourquoi passez vous votre temps à faire des lois que vous ne respectez pas?
    Agenda 21 85 compteurs en état de fonctionnement mis à la poubelle ou à l’enfouissement LINKY
    Glyphosate
    Art 8 de la cour européenne des droits del’homme , droit au respect de sa vie privée et familiale de son domicile
    art 7 de la loi de transition énergétique sur le dialogue environnemental (droit à participation du public)
    Heureusement que sur le terrain des citoyens et citoyennes oeuvrent sans vous à revitaliser la terre.
    Belle journée

  •  Lutter contre la déforestation... et les lobbies !, par Céline Labaume , le 6 juillet 2018 à 16h12

    Lutter contre la déforestation importée me semble être une priorité à laquelle la France devrait s’atteler sans compromis, au lieu de passer des accords comme celui accordé a Total pour sa raffinerie de Mède, qui s’est vu accorder une importation massive et indécente d’huile de palme ! Huile de palme soit disant certifiée, mais qui joue un rôle énorme dans la déforestation, qu’elle soit labellisée ou non. Il n’existe pas d’huile de palme eco-responsable, et si la France veut réellement s’engager dans la lutte conte la déforestation mondiale, ses dirigeants doivent arrêter de s’écraser devant de grosses compagnies, qui de surcroît font tout leur possible pour ne pas payer d’impôts en France.

  •  Lutte contre la déforestation, par Bogusz B , le 6 juillet 2018 à 16h10

    L ’heure est grave. Climat...biodiversité.
    l’avenir de nos enfants,petits enfants,des générations futures est en grand danger.
    Je souhaite :
    - que le gouvernement mette totalement fin à l’importation de produits ou matières premières qui contribuent à la déforestation. Et notamment interdise les plans d’approvisionnement en agrocarburants du type Total (huile de palme).
    - qu’il organise une grande campagne de communication publique pour informer et sensibiliser et éduquer les citoyens à cette question majeure.

  •  Protéger les forêts pour protéger la vie, par Flora , le 6 juillet 2018 à 16h09

    La France peut devenir un modèle à suivre. La vie et l’environnement ne tiennent pas compte des frontières. Nous n’avons qu’une planète, qu’une atmosphère, qu’une quantité limitée d’eau et que les forêts où qu’elles se trouvent impactent la vie partout. Choisissons de ne plus participer à la déforestation !

  •  Arrêtons les déforestations !, par Capdevielle , le 6 juillet 2018 à 16h08

    La France doit en finir avec son soutien aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  En colère !!, par Liliane londais , le 6 juillet 2018 à 16h07

    COP 21-22-23 et à suivre !
    FNUF,REDD,RBEU,PEFC, FSC, RBUE, RSPO....

    Tous les outils pour stopper la déforestation existent,pourquoi ne sont-ils pas respectés? Enjeux financiers et politiques d’abord !
    Pourquoi une consultation publique aujourd’hui?
    Vous pensez que des citoyens peuvent être pour la déforestation?

    La solution repose entre vos mains messieurs les politiques :
    - stopper la déforestation immédiatement (17% des émissions de GES et quelle perte de biodiversité !!)
    - trouver des alternatives de ressources pour les populations locales
    - stopper élevage et cultures intensifs et développer l’agriculture responsable.
    - développer rééellemment les énergies renouvelables
    - faire une TRES GROSSE sensibilisation pour modifier nos modes de consommations ( attention, très grosse perte de profits pour certains...mais mieux vivre pour d’autres...)
    IL Y A URGENCE, vous n’avez pas d’autres choix, nous allons dans le mur !
    Pour terminer, tous mes encouragements à monsieur le ministre Nicolas Hulot, c’est pas gagné !!!

  •  Les apprentis-sorciers, par QUERE , le 6 juillet 2018 à 16h06

    Les huiles végétales sont excellentes sur la table, et ne doivent pas être brûlées.
    Le colza, le maïs, l’huile de palme. produisent des biocarburants pour les moteurs thermiques, moteurs qu’il faudra interdire dans le monde entier.
    La production d’huile de palme conduit à la déforestation en Extrême Orient.
    Le bois est une matière première, la brûler pour faire de l’électricité est une aberration....Les solutions des Verts sont des impasses, il vaut mieux faire du nucléaire.

  •  Stop à la destruction de la planète. , par Maignan , le 6 juillet 2018 à 16h05

    Nous, êtres humains, sommes censés représenter l’espèce la plus intelligente de la Terre et pourtant, notre frénésie de consommation, d’argent, est en train de conduire à la perte de tous les animaux et végétaux qui peuplent notre planète ! Comment l’homme peut-il être aussi aveugle face à la beauté de toutes les espèces qui l’entourent? Je demande au gouvernement français de montrer l’exemple aux autres nations et d’adopter des mesures qui permettront d’arrêter la destruction de tout ce qui nous entoure !

  •  éduquer pour une alimentation plus saine, par Erica Tartier , le 6 juillet 2018 à 16h05

    Comment faire comprendre au grand public que l’on mange trop de viande et que c’est nocif pour la santé ?
    Réduire la consommation de viande permettrait d’utiliser les terres autrement, sans déforestation excessive.

  •  Simplement, par Pierre feret , le 6 juillet 2018 à 16h04

    Pas d’agrocarburants importés ou produits sur le sol national, par contre valorisation du méthane produit à partir de nos déchets. va-t-il falloir aller jusqu’au boycott des compagnies pétrolières ?

    Arrêter d’importer des tourteaux de soja et autres pour nourrir nos animaux d’élevage, priorité aux petits agriculteurs et éleveurs qui produisent les aliments pour leurs animaux sur leur ferme.

  •  Urgence Climatique : La Déforestation , par Piquet , le 6 juillet 2018 à 16h04

    Arrêtons la Déforestation en Amazonie(2 millions d’hectares disparus en 15 ans soit 123 000 hectares chaque année), en Indonésie (déforestation massive)...’Le Poumon de la Planète est en Danger, c’est une Urgence Climatique’...La France mais aussi L’Union Européenne doivent montrer l’exemple. Interdire les produits à base d’huile de palme ou trouvons un produit de substitution...Il faut replanter, recréer des forêts dans des espaces urbains (création d’ombre et de fraicheur:en cas de canicule), dans des lieux non habitables (souvent inondables,escarpés). Il faut montrer l’exemple pour que l’Amérique du Sud arrête de toucher à la Forêt Amazonienne, et leur montrer que la tendance est de protéger, de replanter...et que l’Indonésie face de même et arrête (abandonne) de planter des palmier à huile...

  •  Déforestation, par GODARD , le 6 juillet 2018 à 16h04

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Il faut contraindre les multinationales à modifier leurs comportements.

  •  Stop à la déforestation importée, par Frédéric Wets , le 6 juillet 2018 à 16h03

    Les agrocarburants nous obligent à importer des matières végétales pour notre alimentation, augmentant les cours des matières premières et entrainant une déforestation massive à l’autre bout de la planète. Préservons les forêts, les animaux, la bio-diversité, que la France n’encourage pas ce modèle où l’on déplace le problème à l’autre bout de la planète. La terre est ronde, ça nous retombera dessus !

  •  Stop a la déforestation !, par Enis , le 6 juillet 2018 à 16h03

    On ne va pas énumérer les raisons que nous avons pour stopper la déforestation.
    On va juste se rappeler que nous ne pouvons pas habiter une planete morte

  •  Protégeons les forêts , par Marie Lamarre , le 6 juillet 2018 à 16h02

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants. Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple. Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants, elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers. Cessons de piller la planète pour nourrir les plus riches alors qu’il y en a pour tout le monde !

  •  EcoEthique, par Lucas Le Roy , le 6 juillet 2018 à 16h02

    De la même manière qu’il y a des réglementations éthiques dans le domaine de la recherche biomédicale, il est temps que la France mette en place des réglementations basées sur l’éthique pour aider la prise de décisions quant aux moyens d’obtenir des ressources énergiques. Ainsi la production d’énergie devrait s’orienter sur une production de ressources à long terme stable. L’humanité ne peut espérer tenir indéfiniment le sprint énergétique actuel en continuant à déforester et bruler ses poumons. Alors avant la crise cardiaque, peut-être serait-il temps d’arrêter la clope et de se mettre au marathon..

  •  le bon sens n’est il que citoyen?, par Monge Christopphe , le 6 juillet 2018 à 16h01

    SNDI ou Stratégie Nationale de Déforestation Importée. Nous en sommes là et juste là.Ce sigle est porteur d’une autre intention que la protection des forêts asiatiques, du sud de l’Amérique et d’Afrique.
    Voilà un sigle positif : SPFM (Stratégie de Préservation de Toutes les forêts du Monde) et le sigle complémentaire : DJUP (Décroissance Joyeuse pour L’Union de tous les Peuples)

    C’est simple, n’est-ce pas?

    Beaucoup d’enthousiasme à tous.