DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 2656 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  Déforestation, par ROBERT BORDIN , le 6 juillet 2018 à 16h39

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Déforestation, par Marie , le 6 juillet 2018 à 16h37

    La déforestation même à des kilomètres de chez nous n’est pas sans conséquences sur la planète.
    Il faut absolument remédier à ce fléau de tout urgence. En plus, il y a d’autres solutions pour les biocarburants, notamment.

  •  Aller au delà des effets d’annonce, par Mabboux , le 6 juillet 2018 à 16h36

    Il est urgent d’aller au delà des effets d’annonce et de passer véritablement aux actes pour lutter contre la déforestation.

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants et cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  déforestation importée, par GAMET , le 6 juillet 2018 à 16h36

    non à la déforestation importée qui cause des dégâts irréversibles sur les écosystèmes et participe au dérèglement climatique en cours

  •  Soyez responsable aux noms de vos enfants , par KARADJIAN , le 6 juillet 2018 à 16h34

    Je crois aux actes responsables. Pensons et agissons pour demain. Protégeons les pays exportateurs de leurs propres démons. Agissons ensemble.

  •  Retour aux sources , par CANCEL Henri , le 6 juillet 2018 à 16h34

    Je suis pour le retour à des champs plus petit. A des fossés qui canalise l’eau afin de réduire les inondations. A des haies pour séparer les champs ou il y a des bêtes.

  •  Pourquoi faut-il s’opposer à la déforestation ?, par ALLIGNE Maryse , le 6 juillet 2018 à 16h33

    Parce que les arbres sont des réservoirs de dioxyde de carbone et qu’à leur mort ils vont restituer ce gaz en fonction des méthodes de mise à mort, parce que ce sont des producteurs de dioxygène et que sans eux, nous ne serions pas là et ne serons plus là, parce que les raisons de leur abattage sont de mauvaises raisons pour la Terre. Tout ça pour faire pousser du soja pour l’alimentation animale si consommatrice en eau, si gaspilleuse et au détriment de cultures vivrières, planter des palmiers à huile inintéressante, planter des végétaux destinés à fabriquer des agrocarburants au lieu de nourrir les populations,détruire un écosystème précieux ...
    La planète ne nous appartient pas mais nous en sommes responsables, pour nous, les générations futures, notre espèce et les autres êtres vivants qui sont, comme nous, locataires.

  •  Stop la destruction de notre planète , par Tombarel , le 6 juillet 2018 à 16h30

    Halte à la déforestation !!!
    Sans aucune concession ni ambiguïté !!!

  •  Arrêtons ces massacres, par Dubrisay Hervé , le 6 juillet 2018 à 16h27

    Non à la déforestation importés.
    Avoir une demande française de produits durables.
    Garantir les objectifs de la SNDI

  •  repenser le partage des richesses mondiales, par peretti , le 6 juillet 2018 à 16h26

    Désolée, je n’ai pas lu la totalité de votre campagne. Selon mon point vue, aucune autre alternative que celle de la "décroissance". En notre qualité de surconsommateurs, ayant largement exploité les sources de richesses d’autres pays bien + pauvres, nous voilà en position d’expliquer à ces derniers qu’ils contribuent à la destruction de la planète. Un terrible dilemme :
    Soit, nous n’achetons plus rien à ces pays...........les plaçant en situation isolationniste, augmentant leur misère
    Soit, nous continuons à nous fournir chez eux, pour leur permettre un peu de développement économique au prix de la destruction de leur environnement. Qu’on leur reprochera.
    Alors, que faire !!!!!!

  •  Nos actes nous impliquent, par pcos , le 6 juillet 2018 à 16h25

    Nous devrions prendre plus au sérieux, les dégats que nos habitudes de conssomations impliquent ...
    sur la faune et la biodiversité en général. Nous somme censsé laisser une planéte au moins en aussi bon état aux générations futures.

  •  SNDI, par CANOLLE , le 6 juillet 2018 à 16h22

    LE CONSTAT PLUS QUE PESSIMISTE DE L ETAT DANS LEQUEL L INDUSTRIALISATION ET LE COMMERCE ONT DETRUIT LA PLANETE, LES OCEANS, LES ECOSYSTEMES…. IL EST URGENT DE PRENDRE DES MESURES DRASTIQUES QUI ENGAGENT LA PROTECTION DE LA PLANETE ET DE LA VIE (VEGETALE ANIMALE HUMAINE) DE FACON IRREVERSIBLE ET INTRANSIGEANTE. IL EST TEMPS QUE LES ETATS ET LES MULTINATIONALES METTENT LA SAUVEGARDE DE LA PLANETE DANS LEURS PRIORITE. EN TANT QUE CITOYENNE JE M ENGAGE A UTILISER DES PRODUITS RESPECTUEUX DE LA VIE ET QUAND C EST POSSIBLE PRODUITS LOCALEMENT.

  •  Merci , le 6 juillet 2018 à 16h22

    Enfin le gouvernement se preoccupe de préserver notre terre et l ‘avenir des generations futures. Continuez à travailler sans ceder aux differents lobbies qui doivent s ‘activer avec toute leur intelligence pour limiter la portée des decisions..merci a nicolas hulot de rester’ à son poste.

  •  Reboisement , par Rives , le 6 juillet 2018 à 16h22

    Bonjour Madame, Monsieur.
    Je suis pour un reboisement dans d’autres pays et également en France. Notamment, la plantation de haies qui ont été arrachées.
    Cordialement.
    Rives

  •  Plus !! Toujours plus !!, par Milleranddavid , le 6 juillet 2018 à 16h22

    Sous prétexte de profits, l’ être humain est en train de tout détruire. Que nous importera de régner sur une montagne d’ or quand nous mourrons tous asphyxiés ?

  •  deforestation importee, par vautrin noelle , le 6 juillet 2018 à 16h21

    Il y a urgence , la deforestation importee contribue à la surconsommation de produits tel que l huile de palme etc à la perte de territoires pour des animaux en voie de disparition .Et en plus annuler l autorisation de la raffinerie TOTAL de la mede . Le biocarburant n est pas ecologique et contraire à l accord de paris.

  •  Interdire les agrocarburants et réduire la consommation de viande, par Camille Azaïs , le 6 juillet 2018 à 16h19

    La France doit cesser de soutenir l’utilisation des agrocarburants. Elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  accord de Paris, par Chantal ROBERTET , le 6 juillet 2018 à 16h18

    Pourquoi faire toute une histoire de l’accord de Paris alors que dans la réalité vous faites tout le contraire : le boeuf d’Amérique du Sud, l’huile de Palme, la méga mine d’or en Guyane.... etc .... n’est ce pas se moquer du monde et surtout le détruire... en douce ou pas. La planete est devenue fragile, n’en rajoutez pas, vos hyper sociétés ont fait assez de mal et de bénéfices pour stopper, pensez à vos enfants et petits enfants qui ne verront surement pas ce que nous avons eu la chance de voir. Merci !

  •  non à la deforestation importée et la destruction méthodique de nos cousins orang outangs, par G Bornette , le 6 juillet 2018 à 16h17

    Pour que la SNDI contribue efficacement à la protection des forêts, du climat, et de la biodiversité, voilà ce qu’il nous faut demander :

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  arrêtons de nous détruire , par hamann , le 6 juillet 2018 à 16h16

    il faut vraiment freiner ses pratique qui pour la plus par son sauvage et ne prenne pas en compte la biodiversité et le besoin en oxygène de notre planète sa suffi on dérègle tous et après on ce plein