DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 2656 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  Elévation de la conscience humaine, par Cathy , le 6 juillet 2018 à 17h40

    Il est peut-être tout simplement temps de ne plus nous laisser diriger par des voyous ou des personnes inconscientes qui au titre du bénéfice à tout prix oublient l’avenir de nos enfants, de notre belle planète.

    Etre humain, c’est s’élever au-dessus du stade animal pour prendre conscience des conséquences de nos actes.

  •  Pensez sur le long terme pour les générations futures !, par Iyan , le 6 juillet 2018 à 17h38

    Il faut penser à l’avenir et trouver des solutions durables. Nous courons à notre perte, il faut faire quelque chose, stop à l’égoïsme et à la course à l’enrichissement :

    Reveillez vous.

  •  pleurons nos arbres, par Boivin , le 6 juillet 2018 à 17h38

    Jusqu’à l’année dernière, j’ai vécu 15 ans en Afrique. les africains voient leurs arbres disparaitre. Le constat est qu’il fait de plus en plus chaud et que les pluies se font de plus en plus rares.
    A Madagascar dans certains villages les arbres sont en train de disparaitre, c’est la folie.
    Cette déforestation massive me fait peur.
    Nos hommes politiques manquent cruellement de sagesse.
    Je ne vais pas polémiquer car je ne suis pas très bonne pour cela. Arrêtons de bavasser et agissons car il est temps de prendre conscience que notre terre est vivante et que tout ce qu’elle nous offre est un cadeau extraordinaire. S’il n’y a plus d’arbres, il n’y a plus rien et il sera trop tard pour pleurer.

  •  Soyons beaucoup plus ambitieux !, par jm Rhone Alpes , le 6 juillet 2018 à 17h37

    Pour que la SNDI contribue efficacement à la protection des forêts, du climat, et de la biodiversité, les elements suivants me semblent necessaires :

    En finir avec le soutien absurde aux agrocarburants ! Ne plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants et aller progressivement vers une interdiction pure et simple ! Cet objectif est a inscrire clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    Cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants et inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles (comme la raffinerie géante de Total à la Mède).

    Contrer les effets dévastateurs du modèle d’élevage sur les forêts.
    La SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

    Communiquer encore et toujours ces objectifs et les rendre partie integrante des programmes scolaires de maniere a ce que les enfants soient sensibilises/eduques des le plus jeune age dans cette direction

  •  Arrêtons le massacre. Respectons la planète de nos enfants , par Gibour , le 6 juillet 2018 à 17h36

    Agissons rapidement en faveur de la biodiversité. Stop à la déforestation !

  •  Agrocarburannts obsolètes, par Hakkard , le 6 juillet 2018 à 17h35

    Les agrocarburants ne constituent pas une réponse durable aux problèmes de transports, de congestion urbaine, de pollution de l’air et d’une mobilité du futur revue par les aménageurs et les autorités territoriales ; il faut informer les populations des risques environnementaux pour la survie des générations futures, mieux former les personnes impliquées dans ce secteur et les inciter à se reconvertir dans des activités respectueuses de la santé publique et l’environnement, enfin investir massivement dans les transports collectifs, favoriser les mobilités « douces » de proximité (deux roues contre véhicules à moteur thermique), tout en repensant l’urbanisation en conséquence chaque fois qu’un nouveau projet est mis sur la table…

  •  Agissons , par Leydier , le 6 juillet 2018 à 17h34

    Stop à la déforestation, pour la planète, pour nos enfants, pour les générations futures.Ne laissons pas les intérêts personnels commander l’intérêt général . Agissons

  •  Stop à la déforestation. Soyons responsables !, par Verdier Michèle , le 6 juillet 2018 à 17h33

    Pour que la SNDI contribue efficacement à la protection des forêts, du climat, et de la biodiversité, la France doit en finir avec son soutien aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.
    Cessons d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants en inscrivant dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.
    C’EST DEJA CE QUE JE PRATIQUE MOI MEME AINSI QUE MES PROCHES

  •  CONSULTATIONS PUBLIQUES DEFORESTATION, par BRANDT , le 6 juillet 2018 à 17h33

    En France, c’est une catastrophe. Le bois est utilisé pour le chauffage (je passe sous silence tout le travail au noir réalisé avec cette filière). Les forêts ressemblent à de mornes plaines. Les animaux de la faune sauvage perdent leur habitat. Les terriers de blaireaux sont écrasés avec les abattages des arbres. Donc toute cette vie est anéantie. Le bois part aussi en Chine pour revenir sous forme de meubles...

    Quant aux déforestations d’Amazonie et d’Asie du Sud-Est, c’est plus qu’une honte d’importer de l’huile de palme ET ou des produits contenant de l’HDP et/ou ses dérivés, du soja, etc, etc. C’est plus qu’une honte de tolérer que des entreprises françaises fabriquent des aliments, des agro-carburants avec le sang des tribus, des paysans qui refusent de vendre leurs terres, des animaux désormais en voie d’extinction ou empoisonnés (les éléphants) car ils pénètrent dans les palmeraies qui étaient avant leur forêt. Les plus emblématiques sont les orangs-outans et les éléphants (en perte de vitesse également), les gibbons, nasiques, paresseux et pardon à tous ceux que je ne nomme pas... C’est une catastrophe humaine, environnementale et écologique. Car n’oublions pas les produits toxiques épandus dans ces palmeraies qui finissent par se déverser dans les rivières.

    N’importons pas de produits contenant cette horreur et interdisons aux industriels de fabriquer avec ce sang.

  •  L’Europe doit se responsabliliser, par Marijke , le 6 juillet 2018 à 17h32

    L’Union Européenne exploite sans scrupules les richesses des terres qu’elle n’habite pas. Elle s’autorise à détruire l’habitat des populations autochtones, à les priver de leurs ressources vitales, faisant accroitre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et les impacts du changement climatiques sur des populations qui pâtissent de notre mode de consommation. Témoignage depuis le Guatemala, ou des forets parmi les dernières encore vierges de notre planète, et ou 27 peuples indigènes différents vivent en accord avec cette nature, sont chaque jour détruites un peu plus parles plantations d’huile de palme, ou de bananes, au service du consommateur européen. Sous les tropiques, le changement climatique est accéléré par la déforestation. Les régimes des pluies sont modifiés, les évènements extrêmes se multiplient, les sols s’appauvrissent et la biodiversité diminue a vue d’œil. Sans compter l’usage incontrôlé de la ressource en eau de la part des agro-industriels, privant de l’accès à l’eau à la population et contaminant les nappes souterraines et fleuves. Il est nécessaire que le projet de Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI) soit adopté et que le consommateur européen cesse d’être responsable des crimes contre les populations des pays exploité. Et que le pays des droits de l’homme, respecte les droits de chacun.

  •  non à la deforestation importee, par Macaigne Monique , le 6 juillet 2018 à 17h32

    Il faut :
    - en finir avec les agrocarburants et interdire aux pétroliers les approvisionnements en matières premières végétales alimentaires.
    - faire apparaître sur les produits alimentaires, un logo qui mentionne l’utilisation d’un composant issu de la déforestation, tant pour la fabrication des produits secs que pour le nourrissage des animaux.
    - travailler sur la surconsommation de produits carnés et laitiers
    - Faire évoluer les mentalités en responsabilisant les français , petits et grands, car notre mode de consommation participe à la déforestation massive dans bon nombre de pays sur tous les continents. La conséquence étant la disparition de forêts primaires, d’espèces en voie de disparition.
    Que penseront les générations futures de nos comportements?

  •  Stop aux abus et à la destruction , le 6 juillet 2018 à 17h31

    Nous sommes déjà allés bien trop loin en matière de destruction de la faune et de la flore, du pillage des ressources naturelles et de la déforestation.
    A l’heure oú tout devient global, il est grand temps que la protection de ce qui reste de nature et son renouvellement deviennent aussi une affaire mondiale.
    Il y a urgence

  •  Agir maintenant , par Agathe , le 6 juillet 2018 à 17h31

    Parce qu’il faut agir maintenant, parce que c’est urgent pour tous : les animaux, la biodiversité, l’humain ! Il faut agir, arrêtons d’être bêtement égoïste. Même si l’on doit vivre moins confortablement, la priorité est à la sauvegarde de la nature.

  •  Nous avons tous un rôle à jouer, par Berthier , le 6 juillet 2018 à 17h31

    Lutter contre la déforestation importée ou non, doit être un combat pris au sérieux. Les enjeux ne sont pas seulement écologiques mais également financiers. Chaque citoyen intervient à sa modeste mesure, via ses choix d’achats ou d’investissements notamment mais des mesures de grande ampleur sont indispensables !!!

  •  Stop à la déforestation, par BLOT , le 6 juillet 2018 à 17h27

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  la forêt, notre creuset de vie, par lagarde francoise , le 6 juillet 2018 à 17h27

    La forêt aux multiples essences, en diverses latitudes, nous révèle à nous même selon que nous la soignions ou que nous la maltraitions.

    Si nous excellons à bien la gérer, longtemps encore, elle contribuera à notre prospérité matérielle, à notre équilibre physiologique, à notre force mentale. Elle procurera l’EAU et l’OXYGENE à tous les êtres vivants de la terre : humains, animaux et végétaux
    Nous, humains, avons l’ultime responsabilité de ne pas sacrifier la forêt à notre seul bénéfice.

    Sur notre exceptionnelle planète, la préservation de la forêt est essentielle pour le salut de l’humanité.

  •  Stop à la déforestation, par BLUM Anne , le 6 juillet 2018 à 17h26

    Avons nous oublié que nous avons des enfants qui ont aussi le droit d’habiter une terre viable ?
    Sommes égoïstes au point de ne pas penser à leur avenir ?

  •  Stop à la déforestation !!!, par Annabelle Madeira , le 6 juillet 2018 à 17h23

    Stop à la déforestation, pour la planéte, pour nos enfants, pour les générations futures.

  •  ras le bol, par Vancraeyenest , le 6 juillet 2018 à 17h21

    La France doit arrêter son soutien aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire, elle doit cesser d’alimenter de manière artificielle le marché des agrocarburants et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts :
    La SNDI doit fournir tous les moyens de promotion et de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers et surtout imposer une suppression des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale.

  •  Le chant des feuilles, par Jalladeau , le 6 juillet 2018 à 17h16

    J’aimerai être poétique avant qu’il ne soit trop tard , cela me rappelle une phrase de Pavese la simple phrase il y avait une source sera émouvante ,et j’ajouterais il y avait une forêt sera émouvante , il y avait un jardin qui s’appelait la terre ...La forêt comme cheveux de la terre , comme vibration de la terre , comme prolongement de vie, d’eau d’oxygène.La forêt qui s’étire et raconte la vie d’avant pour maintenant.Et j’ai mon tel portable , cet ordinateur pour écrire, je fais partie de ce monde qui nous détruit , je suis triste. La tristesse ne vibre pas autant que ce qu’on voudrait nous faire croire comme vital, je regarde les feuilles des arbres, cette patience ,ce chant silencieux et cette agitation nous les êtres humains à se perdre dedans et ne plus voir ne plus entendre. La responsabilité que nous portons tous devant cette incommensurable bêtise peut nous rendre agressif, désabusé et perdre pieds.Mon message :le changement fait partie de notre mouvement il peut faire mal, il peut perturber il peut nous perdre car nous devons voir vraiment et installer une voie possible. La SNDI doit être mobilisatrice , fonctionnelle et active .