DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 2656 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants, par Maelle Nodet , le 6 juillet 2018 à 18h41

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants. Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants !, par Isabelle Boisgard , le 6 juillet 2018 à 18h40

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

    Merci.

  •  STOP A LA DEFORESTATION, par Isabelle G , le 6 juillet 2018 à 18h34

    Je souhaite que les pays développés ne soient plus complices de la déforestation et par là des dérèglements climatiques et de la disparition des espèces, nous y compris, qu’ils ont pourtant eux-mêmes largement engendrés.
    Plus d’importations d’agrocarburants ! et plus de voitures ! Que les pouvoirs publics nous donnent enfin les moyens de circuler autrement qu’en auto ! Il nous faut des bus dans les campagnes pour aller travailler, des aménagements d’horaires pour prendre le bus.
    Plus de produits importés cultivés, fabriqués, aux dépens des forêts.
    Nous sommes déjà allés bien trop loin. STOPPONS NET ! en attendant d’avoir des garanties

  •  Contribuer à la protection des forêts, par BALLANDRAS , le 6 juillet 2018 à 18h33

    Il faut cesser de soutenir les agrocarburants qui sont une aberration et lutter contre la déforestation importée. Il ne faut pas approvisionner les raffineries françaises comme TOTAL à La Mède.
    En dernier lieu j’aimerais que l’on réduise les importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et ainsi réduire la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Ces forêts qui nous manquent, ces êtres qui souffrent , par Georges tony , le 6 juillet 2018 à 18h31

    Nous achetons depuis longtemps des produits de destination lointaine moins cher que les produits français. Question de compétitivité, de coup de l’emploi, et accessoirement une forêt primaire coute moins cher à couper qu’une Forêt qu’il faut planter entretenir et enfin couper.
    redonnons du travail aux locaux de notre pays avec du volume et interdisons enfin la destruction des écosystèmes et des etres rares qu’il reste encore sur notre planète. C’ Un double enjeu social et économique au service de notre environnement pour nos enfants

  •  Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), par Ulvoas stéphane , le 6 juillet 2018 à 18h30

    Pour que la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI) soit à la hauteur et contribue efficacement à la protection des forêts, du climat, et de la biodiversité :

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants.

    Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple.

    Cet objectif doit être inscrit clairement dans la SNDI.

    Il est temps de cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants et inscrire dans la SNDI une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit inclure une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Politiques, responsables, réagissez !, par Camille Carré , le 6 juillet 2018 à 18h30

    Nous sommes la dernière génération à pouvoir sauver notre planète ainsi que les générations futures. Pour cela, nous avons besoin de protéger TOUTES les forêts, partout sur terre !

  •  deforestation, par guerin , le 6 juillet 2018 à 18h30

    Il faudrait que les agriculteurs et tous ceux qui possèdent des parcelles de terres ARRÊTENT de couper des arbres et replantent des essences endémiques de leur regions,la pac par exemple devrait orienter les aides dans ce sens, qu on arrête les coupes rases et qu on gère réellement les forêts avec des plantations d arbres nobles et cesser avec ces monoculture de douglass,pins d alep etc...il faudrait aussi qu on arrête d imposer aux éleveurs des quotas de têtes pour s installer à titre informatif la smi est de 140 ovins lait dans le var, et pas d autres choix,combien d hectares pour les faire manger?alors qu on est dans un système aride et que ça détruit plus que ce que ça entretient,reduire le labour etc...et bien sûr stopper les intrants de l étranger qui favorise la déforestation ,s adapter au lieu de continuer à detruire

  •  Stop à la déforestation , le 6 juillet 2018 à 18h25

    Ne sacrifions pas l’avenir de notre planète et celui de nos enfants au profit de notre confort quotidien.
    Il est encore temps de réagir et de modifier nos comportements ainsi que nos modes de consommation.
    Notre responsabilité est engagée, sachons avec courage et détermination l’assumer.

    Gérard

  •  Soyez à la hauteur, il y a urgence !, par HIVERT HELENE , le 6 juillet 2018 à 18h25

    SVP osez aller au bout du projet !
    Prouvez nous que le pouvoir n’est pas entre les mains d’industriels qui ne pensent qu’au profit mais entre celles de politiciens aux valeurs humaines, qui ne se laisseront pas influencer par des lobbyings !
    Soyez courageux !

  •  consultation? , le 6 juillet 2018 à 18h22

    heu...ça sert à quoi une consultation? qui consulte qui? Si des décisions sont déjà prises, ça sert à quoi de les consulter?

    Bon, c’est un peu de l’enfumage politicien...Un arbre à plus de valeur vivant que mort....plantons des arbres au lieu de discuter.

  •  non à la déforestation, par ruffier , le 6 juillet 2018 à 18h21

    Nous avons la responsabilité de protéger nos enfants et nos petits enfants des dégradations infligées à notre mère nature.Sinon, le monde dans lequel il évoluerons deviendra invivable, et que pourrons nous leurs répondre quand il nous demanderons ce que nous avons fait pour le
    protéger.....Nos responsables politiques doivent prendre des mesures drastiques pour mettre fin à ce véritable massacre des espèces au travers de la déforestation, qui finira inéluctablement par affecté l’être humain. Plus de vie et moins de fric !!!!!

  •  Arrêt de la déforestation !, par VAREILLAS , le 6 juillet 2018 à 18h21

    Pourquoi cette autorisation donnée à Total d’importer des agrocarburants ? Quel double jeu de la part du gouvernement ! c’est insupportable, on sait qu’on va vers des problèmes écologiques graves, de quel droit pille-t-on les réserves naturelles en déforestant pour planter des palmiers qui donneront de l’huile de palme ?
    C’est une logique à court terme qui remplit la poche de quelques uns (qui ne paieront pas leurs impôts, eux,avec la complicité de nos gouvernants)pour priver le reste de l’humanité d’un poumon indispensable. C’est une logique mortifère.

  •  Aux arbres citoyens !, par M. Romby , le 6 juillet 2018 à 18h19

    Les arbres sont notre respiration à tous. Ils font aussi vivre des milliers d’animaux. Arrêtez de les tuer.
    Un monde sans forêt est damné et condamné.

  •  Assez ,Suffit, par Benjamin Allemand , le 6 juillet 2018 à 18h18

    Il faut faire cesser l’importation de produits transformés et de matières premières qu contribuent à la déforestation.
    Il nous faut changer de modèle agro-industriel.Les agriculteurs doivent vivre de leur métier sans s’intoxiquer. Arrêtons de subventionner de grosses exploitations industrielles au détriment de petits producteurs qui vivaient, avant,de leur travail.

  •  Pour une politique ambitieuse et efficace contre la déforestation importée, par Brigitte , le 6 juillet 2018 à 18h17

    J’ai repris le texte de FNE qui me convient tout à fait :

    La Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée devrait être plus ambitieuse dans la lutte contre les impacts de notre consommation sur la déforestation et la dégradation des forêts en diminuant les importations d’huile de palme et de soja

    Elle devrait s’attaquer à la politique de soutien aux agrocarburants de première génération et supprimer les régimes avantageux qui favorisent artificiellement les importations d’huile de palme et de soja (exonération des barrières douanières et de taxes – TGAP, TVA, taxe spéciale sur les huiles alimentaires…)

    Elle devrait développer des outils d’information auprès des consommateurs, en particulier l’évaluation de l’empreinte des produits de grande consommation et de leurs emballages sur les forêts

    La France doit se doter des moyens nécessaires pour mettre en œuvre les actions de la Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation et soutenir la plateforme multi-acteurs, les petits producteurs dans les pays exportateurs et les organisations de la société civile.

  •  Halte à la déforestation !, par Muriel Elbaz , le 6 juillet 2018 à 18h17

    Il faut interdire les carburants à base d’huile de palme ou de toute autre huile importée.

    Le bétail en France doit être nourri avec des végétaux venant de France et non pas avec de la nourriture importés.

    Nous mangerons ainsi plus sainement et nous épargnerons la planète déjà bien abimée par nos excès, au nom de l’économie mondiale.

  •  stop au massacre , par Céline Pedrosa , le 6 juillet 2018 à 18h15

    On détruit les poumons de la planète. Pourquoi ? Des raisons bassement économiques (et qui ne profitent qu à un nombre minime de personnes).
    Il faut prendre les choses en main,montrer l exemple. Il faut agir pour la vie, pas pour les profits.

  •  Tout va très bien Madame La Banquise !!!, par Azam , le 6 juillet 2018 à 18h12

    Nourrir les gens !!! pas les bagnoles qui sont nourries à l’éthanol et qui tuent les gens qui sont nourris au soja OGM et qui .......

  •  déforestation, par tardy , le 6 juillet 2018 à 18h12

    On peut tout reconstruire même les plus beaux châteaux si ils sont détruits, la nature NON , prenons soins d’elle , elle nous est indispensable