DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 2656 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  ah,les arbres , par Maryline SANDRA , le 23 juillet 2018 à 11h20

    il est viable de laisser la vie tranquille juste VIVRE
    love etc ...
    Maryline

  •  Les agrocarburants issus de la déforestation : une aberrration écologique, par Jean-Baptiste BELLOC , le 23 juillet 2018 à 11h19

    Que la France autorise la production à grande échelle d’agrocarburant à partir de végétaux issus de la déforestation est incompréhensible pour ne pas dire honteux.

    La raffinerie Total de la Mède ("Un site tourné vers l’avenir" peut-on lire sur le site internet de Total !) va importer 300 000 tonnes par an d’huile de palme !!, contribuant de façon directe à la déforestation en Indonésie et en Malaisie. L’huile de palme est 30 % moins chère que l’huile de colza. Ah, le profit...

    Oui aux agrocarburants issus de végétaux d’origine européenne ou d’huiles usagées, non aux agrocarburants issus de la déforestation

  •  lutter contre la deforestation , par Catherine Moulia , le 23 juillet 2018 à 11h17

    Parlons clair : nous sommes ne sommes plus au bord du gouffre,nous tombons ! La question est : de quelle hauteur sera la chute? Avoir une action POLITIQUE Forte est indispensable pour limiter les dégâts. Une des actions est le boycotte de tout ce qui favorise la déforestation, à l’échelle individuelle comme à celle de l’état : huile de palme, agrocarburants ( qui appauvrissent les peuples en détournant la production végétale et/ou les ressources naturelles de leur objectif principal : nourrir les peuples voire le bétail), viande IMPORTEE a bas prix (le soucis n’est pas dans la consommation raisonnée d’une viande locale et dans un élevage traditionnel équilibré, mais dans la surproduction d’une viande issue d’animaux auxquels est dénié le statut d’êtres vivants, devenus machines à produite d’une commercialisation mondialisée).

  •  Volonté du bien être de nos enfants , par Tony , le 23 juillet 2018 à 11h17

    Après avoir lu une bonne partie des écrit d’autres personnes, je me rend compte que nous sommes un sacré paquet à avoir les mêmes avis et mêmes ambitions ! Stop aux imports d’huile de palme que ce soit pour l’agrocarburant ou l’agro-alimentaire. De plus, tout ceci eSt acheminé par bateaux cargo qui font parti des plus gros pollueurs de notre monde ! Arrêtez avec l’huile de palme, votre diesel et essence et commencez sérieusement à vous concentrer sur les moteurs à eau qui sont déjà élaboré.( et non pas l’électrique comme certains pourraient penser)
    Merci d’avance pour nos enfants

  •  Entrer dans l’Histoire, par Sutbebahang , le 23 juillet 2018 à 11h16

    Les hommes politiques ont une chance folle : ils peuvent agir sur un enjeu majeur sur lequel il est urgent de trouver des solutions. Leur rôle est noble s’ils le font noblement. Et ceux qui s’engageront dans cette voie... resteront dans l’Histoire... du juste côté. Merci à eux de le faire.

  •  Valéry, par Valéry PASCO , le 23 juillet 2018 à 11h15

    il est inadmissible qu’on puisse encore importer en France et en Europe du bois qui ne soit pas issu de forêts gérées durablement. ces pratiques doivent cesser.

  •  Long terme, par Daubanes , le 23 juillet 2018 à 11h12

    J’aimerais que la France, et ceux qui la représentent aient une politique de long terme quant à la gestion des ressources planétaires et non pas l’aveuglement du profit à court terme.

  •  Des actes !!!!! Il est temps , par DIDIER G. , le 23 juillet 2018 à 11h12

    Plutôt que des bla bla bla, la France doit se montrer ferme, efficace et pleine de bon sens ! Mon pays !!!! l’endroit où je suis née et où je vis doit être conscient et responsable comme bon nombre de ses citoyens.
    Pourquoi attendre 2030 ?? Pourquoi encore engraisser le lobby agro-alimentaire !!
    Prenez conscience vous tous de ce que vous êtes en train de faire et de cautionner car vous êtes autant responsables que le lobby agro-alimentaire.
    La vie c’est de faire des choix et les bons pour le bien commun de tous !!! et non pour s’engraisser. Pour certaines choses qui vous intéressent, vous n’attendez pas si longtemps à mettre en place les actions. Alors soyez efficaces pour ce problème qui nous mènera tous, vous y compris et vos descendants à notre perte !!!

  •  desforestation , le 23 juillet 2018 à 11h09

    Bonjour
    Pourquoi les états ne font rien ou pas asse pour protéger la diversité animale et végétale.
    il en vas de notre propre subsistance. Aidez nous à survivre !

  •  Stop, par Mazili , le 23 juillet 2018 à 11h05

    • La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.
    • Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

    • La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

  •  donner l’exemple, par Isabel C , le 23 juillet 2018 à 11h05

    cette loi doit poser un cadre fort et novateur pour nous faire progresser tous ensembles producteurs et consommateurs. une occasion concrète de sortir de "l’ancien monde" !! enfin !

  •  maîtriser la consommation, redonner sa place à notre environnement naturel, par Dominique Corfa , le 23 juillet 2018 à 11h00

    Les chiffres de l’étude montre bien la dépendance des sociétés humaine à l’environnement naturel. La consommation de protéines induite par l’agriculture, européenne en particulier, n’est pas durable en l’état et est tirée par une une consommation humaine non maîtrisée. La reprise en main de cette maîtrise est le moyen le plus efficace pour retrouver rapidement un équilibre durable.

    Au delà de la "gestion" des ressources naturelles, il faut prendre en compte aussi la nécessité de laisser vivre cet environnement pour lui-même et non pas seulement comme ressource au service de l’être humain. La qualité des "produits" issus des forêts en dépends.

  •  cessez la déforestation !!!, par de jaham , le 23 juillet 2018 à 10h58

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée. d’autre part je pense que pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers. merci !!!

  •  Contribution à la Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée, par LEMETTRE , le 23 juillet 2018 à 10h56

    Si cette stratégie de lutte contre la déforestation importée est écrite comme stratégie "nationale" , il est essentiel qu’elle devienne européenne et coordonnée pour gagner en efficacité aux yeux du monde entier , même si cette stratégie européenne doit gêner les multinationales

  •  Pas de deforestation importée : préservons la planète !, par Audry , le 23 juillet 2018 à 10h46

    La France doit cesser son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle
    ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les
    agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur
    interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement
    dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit arrêter d’alimenter le marché artificiel des
    agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte
    contre la déforestation importée une interdiction des plans
    d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des
    matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie
    géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les
    forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de
    protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un
    objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de
    la consommation de viande et de produits laitiers.
    Préservons notre planète en agissant d’ici.

  •  Un gouvernement à la hauteur des enjeux ?, par MOULLEC , le 23 juillet 2018 à 10h46

    Il est grand temps de prendre de réelles décisions quant à l’importation de produits qui favorisent la déforestation. La SNDI, c’est bien mais je trouve que les points abordés ne vont pas encore assez loin dans le détails.

  •  Réveillons notre bon sens et arrêtons la forestation , par BON SENS , le 23 juillet 2018 à 10h45

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Pas de deforestation importée : préservons la planète !, par Audry , le 23 juillet 2018 à 10h45

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle
    ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les
    agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur
    interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement
    dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des
    agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte
    contre la déforestation importée une interdiction des plans
    d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des
    matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie
    géante de Total à la Mède.

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les
    forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de
    protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un
    objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de
    la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Un peu de cohérence !, par Josiane Duprey , le 23 juillet 2018 à 10h44

    A Monsieur le ministre Hulot et son équipe : il est grand temps de passer à l’action !

    La France ne peut plus se permettre d’amplifier la déforestation tout en se faisant passer pour un pays-modèle.
    Le maintien du soutien aux agro-carburants et aux industries de la viande et produits laitiers (entre autres) est une honte. Des projets tels que La Mède et la Montagne d’Or devraient de fait être écartés, car ils vont détruire des forêts primaires, puits de carbone et riches en biodiversité, au profit d’une minorité. Il semble incroyable d’avoir à le rappeler dans une initiative concernant stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI).

    Zéro déforestation et prise en compte de l’intérêt général : cela devrait être le minimum dans un Etat responsable et conscient des enjeux climatiques actuels et à venir. Et nous n’avons plus le temps de repousser les échéances à 2025, 2035 ou 2050.

  •  Preservons la nature !, par Marion , le 23 juillet 2018 à 10h37

    Pour nous, pour nos enfants, pour la planete, nous souhaitons preserver notre nature, nos forets partout sur Terre !

    Nous disons donc :
    STOP aux agro carburants qui contribuent massivement a la deforestation et a l’huile de palme qui se trouve partout dans nos maisons !

    OUI aux alternatives renouvelables

    OUI a la sensibilisation pour reduire la consommation de viande !... Nous n’en avons pas tant besoin pour etre en bonne sante !