EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans le département des Ardennes

Du 24/07/2018 au 14/08/2018 - 11041 commentaires

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle dont ceux à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes pour la capture des grives, merles noirs, vanneaux et pluviers dorés.

Sur la base de l’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", qui prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, deux arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses dans les Ardennes.

L’objet des présents arrêtés soumis à la consultation du public est de définir les quotas de prélèvement autorisés pour chaque saison.

Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant la date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, le préfet délivre les arrêtés d’autorisation individuelles.


Télécharger :

Commentaires
  •  Chasses "traditionnelles", par HAHN , le 27 juillet 2018 à 15h35

    De nombreux problèmes éthiques, juridiques et réglementaires sont posés par ce texte de loi.
    Notamment :
    - Comment assurer le contrôle de telles pratiques ? Merci de préciser les moyens envisagés ?
    - Comment les systèmes de piégeage primitifs et non sélectifs sont adaptés pour ne pas capturer des espèces protégées telles que la grande majorité des passereaux nicheurs et migrateurs ?
    - Pourquoi les quotas proposés par l’Etat sont-ils bien supérieurs aux tableaux de chasse "officiels" des chasseurs ?
    - Comment l’Etat peut-il encore justifier et autoriser de tels dispositifs de capture obsolètes et non sélectifs dans un contexte social de réflexion et de réglementation de la condition animale ?

    Avant de légiférer sur l’autorisation précipitée de ces pratiques mineures, archaïques et lobbyistes, il semblerait utile que l’Etat et ses représentants se posent les bonnes questions sur la conservation du patrimoine naturel national.

  •  Non !, par Torres , le 27 juillet 2018 à 15h34

    Je suis contre ces arrétés au sujet de la capture au filet d’espèces aviaires !

  •  Avis sur la chasse traditionnelle, par Wasik Yvette , le 27 juillet 2018 à 15h32

    Mais pourquoi piéger des vanneaux et des pluviers??? et n’importe quel oiseau peut se retrouver piégé !!!

  •  Chasse et extermination, par Billot catherine , le 27 juillet 2018 à 15h32

    Bonjour,
    Je vous demande de ne pas Autoriser ces chasses cruelles et inutiles. L’homme n’a plus besoin de tuer pour se nourrir.
    Ces traditions n’ont plus lieu d’exister.
    La biodiversité disparaît. En autorisant ces chasses vous participez à l extinction de celle-ci. Voyez au-delà et anticiper à cette extinction. Nous avons besoin de cette biodiversité pour vivre.
    Faites un geste pour cette vie en supprimant ces autorisations idiotes et inutiles.
    Merci

  •  Protéger les oiseaux et interdire la tenderie au brancher, par Phan Hélène , le 27 juillet 2018 à 15h30

    Je suis très inquiète du déclin des populations d’oiseaux en France depuis 30 ans.
    Je pense en outre qu’une technique aussi peu sélective que la tenderie au brancher devrait être interdite.

  •  STOP à la chasse traditionnelle., par Francoise GUALANDI , le 27 juillet 2018 à 15h21

    A notre époque de prise de conscience de la condition animale comment peut on encore autoriser de tels actes barbares destinés à satisfaire une minorité de chasseurs sans coeur.

  •  Extinction des espèces, par Arnaud Collin de l'Hortet , le 27 juillet 2018 à 15h19

    Bonjour, on ne peux pas permettre d’augmenter les quotas de prélèvements pour la chasse mais en outre car nous sommes déjà à l aube d’une catastophe écologique sans précédent avec des miliers d’espèces en voie d’extinction et, en outre, le piègeage des oiseaux est une horreur qui n’a pas de nom. Je suis farouchement contre cette pratique et il n’appartient pas aux chasseurs d’être les soi-disant garants de la bio-diversté, c’est une absurdité !

  •  loisir ou contrôle des populations ?, par Tobias DEMANTKE , le 27 juillet 2018 à 15h19

    Pour la majorité de ces chasses, y a-t-il un réelle nécessité de contrôle et de bridage des populations d’oiseaux?

    De manière générale, on pourrait peut-être simplement interdire ces "jeux" de chasse puisqu’ils ne sont là que pour amuser une fraction de la population, au même titre que les chasses à courre ou lâchers de faisan/perdrix d’élevage juste bons à se faire canarder...

  •  Il n’est plus tolérable , par laura coquillette , le 27 juillet 2018 à 15h17

    Il n’est plus tolérable que dans un pays développé comme la France, les animaux soient encore considérés comme des choses sur lesquels l’homme peut avoir tous les pouvoir. Il est temps de se réveiller, il est temps que le gouvernement se réveil ! L’homme n’a plus besoin de faire souffrir pour se nourrir !

  •  Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire, par Magaret Kiddle , le 27 juillet 2018 à 15h17

    Yes ! Finally something about live [casino games mathematics->http://www.janesparks.com/__media__/js/netsoltrademark.php?d=www.casino-strategy.net%2Fthe-success-of-online-casino%2F] england.

  •  massacre cruel, par catie , le 27 juillet 2018 à 15h17

    C’est un pratique d’un autre age, cruelle, ignoble , a bannir !!!

  •  Contre cette pratique, par Caroline Leterrier , le 27 juillet 2018 à 15h14

    Je suis contre cette pratique non sélective qui induit forcément des dommages/pertes collatéraux. Les populations d’oiseaux diminuent, et ce type de procédé ne peut qu’accentuer le phénomène.

  •  Contre la chasse traditionnelle , par Pilo pilou , le 27 juillet 2018 à 15h12

    Je trouve cela très cruel pour les oiseaux et la chasse devrait être interdite pour toutes les sortes d’oiseaux et il devrait avoir des nouvelles lois pour interdire la chasse pour toutes les sortes d’oiseaux et aussi de les protéger.

  •  Massacre, par Lagoutte , le 27 juillet 2018 à 15h12

    Sous prétexte de tradition l’homme exise les femmes
    Sous prétexte de tradition l’homme tué des toros pour le plaisirs
    Sous prétexte de tradition l’homme pense qu’il est le maître
    Sous prétexte de tradition l’homme ne change surtout pas
    Et c’est
    Sous prétexte de tradition ou connerie au choix
    Que l’humain extermine tout ce qui n’est pas lui ...
    Non
    Sous prétexte de conneries ou de rentabilité
    Il d’exterminer lui même
    Un cas plutôt rare
    C’est grave Docteur Who ?

  •  mettons fin aux pratiques cruelles, évoluons , le 27 juillet 2018 à 15h12

    Il n’est pas juste à mon sens de laisser se perpétuer des traditions qui nuisent à la vie et qui piétinent les êtres vivants quels qu’ils soient.
    Evoluons, et mettons fin à ces pratiques barbares.
    Céline Mislin

  •  Chasses traditionnelles, par GUES , le 27 juillet 2018 à 15h10

    Mais pourquoi donc faire la chasse aux oiseaux de passage "en petite quantité" si ce n’est pour assouvir de sombres instincts de tuer ?
    Arrêtez ces pratiques d’un autre siècle et protégez tous les oiseaux de France qui souffrent déjà assez des pratiques agricoles et de la diminution de leurs biotopes !

  •  Pratiques cruelles et difficilement contrôlables, par JAMES , le 27 juillet 2018 à 15h08

    Ces chasses sont dites « traditionnelles » car elles dérogent aux directives européennes. Elles datent d’une période où les populations rurales avaient besoin de se nourrir de protéines animales à bon compte. Ce n’est plus justifié aujourd’hui. D’autant que le piégeage est difficilement contrôlable, et les pratiques cruelles :

    Difficilement contrôlable : lorsque la police de la nature arrive sur place, si jamais elle arrive, il est souvent trop tard. Et quand bien même, lorsqu’un pinson ou un chardonneret est pris et que le garde arrive, le piégeur a beau jeu de dire qu’il allait le relâcher.
    Cruel : lors des opérations de contrôle qu’elles conduisent elles-mêmes, les associations ont souvent trouvé des oiseaux blessés voire même morts dans les pièges. Au stress s’ajoutent les heurts physiques du grillage, la souffrance des oiseaux collés par les pattes, par les plumes des ailes, par la queue ou par le corps, et lorsqu’ils sont décollés, aux stress des manipulations, à la violence des collets…

  •  Tenderie dans les Ardennes, par Didier PLOUCHARD , le 27 juillet 2018 à 15h08

    La tenderie aux vanneaux
    En France, pays qui abrite environ 70% des hivernants d’Europe, la tendance des populations nicheuses (-33% sur 1989-2015) et hivernantes (-48% sur 2000-2017) est alarmante. 2 050 oiseaux de ces espèces pourront être prélevés à l’aide du piégeage au filet (tenderie aux vanneaux)pour la saison 2018-2019 selon l’arrêté projeté.

    La tenderie au brancher
    Rien ne garantit que d’autres espèces non ciblées ne se retrouvent pas également prises au piège et la nature même du piège empêche tout relâcher d’une espèce non ciblée et potentiellement protégée, puisque la technique consiste à étrangler l’oiseau. La tenderie au brancher est donc non sélective. En cela elle est contraire au droit européen et l’Etat le sait parfaitement puisque l’arrêté ministériel du 17 août 1989 encadrant ce mode de chasse prévoit que « Tout gibier autre que les grives et merles pris accidentellement dans une tenderie est déclaré dans les vingt-quatre heures » – et non pas « relâché » – à l’ONF ou à la fédération des chasseurs ». L’année dernière, les chasseurs prétendent avoir capturé 5 711 oiseaux. Pourquoi donc autoriser le piégeage de 20 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ainsi que le prévoit l’arrêté en consultation ?

  •  Non !!!, par Sagnard , le 27 juillet 2018 à 15h06

    Non aux pieges à oiseaux ! C’est de la maltraitance et cest cruel ! Il n’y aucune reelle raison a cette chasse aux oiseaux, pas non plus de regulation d’especes juste la passion de chasser le.plaisir de tuer pour certains ! Laossez la nature comme elle es !!!

  •  Opposition au projet d’arrêté, par Aurélien Deschatres , le 27 juillet 2018 à 15h05

    Bonjour,

    je suis opposé à ce projet d’arrêté compte tenu que les deux espèces ciblées ne sont pas en bon état de conservation mais au contraire en déclin ! La tenderie est non sélective et détruit des espèces protégées sous couvert de ce type d’arrêté ! A l’heure ou Monsieur Nicolas Hulot, ministre d’Etat, alerte sur le déclin de la biodiversité et propose un plan en 90 actions pour lutter contre cette érosion, il est totalement incohérent de permettre la destruction des petits passereaux pour des chasses désormais ultra-minoritaire et archaïque. Il faudrait plutôt se mobiliser pour la protection des derniers nicheurs de Vanneaux huppés et de la protection des passereaux dits communs qui sont de plus en plus menacées !