EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans le département des Ardennes

Du 24/07/2018 au 14/08/2018 - 11041 commentaires

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle dont ceux à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes pour la capture des grives, merles noirs, vanneaux et pluviers dorés.

Sur la base de l’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", qui prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, deux arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses dans les Ardennes.

L’objet des présents arrêtés soumis à la consultation du public est de définir les quotas de prélèvement autorisés pour chaque saison.

Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant la date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, le préfet délivre les arrêtés d’autorisation individuelles.


Télécharger :

Commentaires
  •  Inhumain, par Grand , le 27 juillet 2018 à 17h35

    Bonjour,

    Je trouve scandaleux d’autoriser ces chasses pour le plaisir. C’est inhumain et donc pas digne d’être considéré comme des êtres humains si on autorise ces chasses. Car il faut savoir que les oiseaux souffrent terriblement.
    Il ne reste plus d’abeilles, plus de hérissons....et en plus on veut détruire des oiseaux pour le plaisir ahurissant de certains. C’est encore une fois un non respect de la vie. Beurk, ces gens là me dégoûtent et donc on autorise des assassins en toute impunité.

  •  Opposition au projet de loi, par Ollion emilie , le 27 juillet 2018 à 17h33

    Je m’oppose à ce projet de loi qui n’a aucun sens, si ce n’est le
    divertissement de quelques personnes, et s’avère destructeur pour la
    biodiversité car les méthodes employées sont non sélectives et les
    espèces concernées déjà en fort déclin.
    Je demande l’interdiction de ces pratiques de chasses traditionnelles.

  •  NON AUX CHASSES TRADITIONNELLES, par Vermeulen , le 27 juillet 2018 à 17h33

    Qu’est capable de faire l’homme aux noms des traditions? N’importe quoi !
    La France n’a jamais été très courageuse quand il s’agit de changer les fameuses traditions.. La chasse à courre, la glu, les filets, couper la queue des renards, gazer les terriers de blaireaux, piéger les mordants, les becs crochus et j’en passe !
    Wow c’est la classe ça, non?
    Et si tu changeais ton fusil d’épaule, belle France...

  •  Déclin dramatique des populations d’oiseaux, par Julien G , le 27 juillet 2018 à 17h31

    Malgré toutes les alertes sur le déclin des populations d’oiseaux vous souhaitez encore en massacrer plus.
    Arrêtons avec le prétexte de traditions et soyons plus grand que cela en sachant apprendre à protéger et respecter notre nature avant qu’il ne soit trop tard.

    Je suis donc ouvertement CONTRE le maintien de ces chasses barbares.

  •  tradition ?, par Nathalie Royer , le 27 juillet 2018 à 17h31

    Je suis profondément honteuse d’être française quand je lis qu’il s’agirait d’une tradition. Non, vous pourrez avancer tous les arguments (faux) que vous voulez, c’est de la barbarie. Et quand une pseudo tradition est barbare, la moindre des choses est de la supprimer....C’est même honteux d’en être encore à se poser des questions, à faire des enquêtes publiques, dont on sait très bien qu’elles sont orientées, comme les pseudo études qui vont avec. Au lieu de perdre du temps, de l’argent, et de poser des questions (dont on se fiche de la réponse) ce serait bien d’utiliser toute cette énergie à protéger et même restaurer un peu notre patrimoine naturel. Le reste n’est que gesticulation.

  •  réponse Consultation publique, par Madau Yan , le 27 juillet 2018 à 17h29

    Bonjour,

    Veuillez noter que je suis contre l’autorisation de ces méthodes de chasses non sélective.

    Cordialement.

  •  Monsieur , par LEMPEREUR , le 27 juillet 2018 à 17h28

    Bonjour,

    Si nous voulons préserver la biodiversité c’est le moment d’agir !
    NON, il ne faut plus pratiquer ces chasses traditionnelles qui n’apportent que souffrances.
    Les oiseaux souffrent déjà de l’agriculture intensive, de la pollution atmosphérique, devons nous continuer dans la stupidité ?
    Avons nous encore unsoupçon de sensibilité ?

    cordialement

    Mr LEMPEREUR

  •  Oui à la régulation spécifique des populations non à l’utilisation des oiseaux pour la chasse , par Collet , le 27 juillet 2018 à 17h27

    Je ne comprends pas qu’en 2018 on cautionne encore la souffrance animale au profit des hobbies humains .
    Il fait arrêter ces systèmes de piégeage et favoriser la régulation naturelle des populations en permettant de reconstruire l’écosystème.

  •  30% DES OISEAUX ONT DISPARUS. On continue ou on arrête ?, par Grappey , le 27 juillet 2018 à 17h27

    Ces chasses sont dites « traditionnelles » car elles dérogent aux directives européennes. Elles datent d’une période où les populations rurales avaient besoin de se nourrir de protéines animales à bon compte. Ce n’est plus justifié aujourd’hui. D’autant que le piégeage est difficilement contrôlable, et les pratiques cruelles :

    Difficilement contrôlable : lorsque la police de la nature arrive sur place, si jamais elle arrive, il est souvent trop tard. Et quand bien même, lorsqu’un pinson ou un chardonneret est pris et que le garde arrive, le piégeur a beau jeu de dire qu’il allait le relâcher.
    Cruel : lors des opérations de contrôle qu’elles conduisent elles-mêmes, les associations ont souvent trouvé des oiseaux blessés voire même morts dans les pièges. Au stress s’ajoutent les heurts physiques du grillage, la souffrance des oiseaux collés par les pattes, par les plumes des ailes, par la queue ou par le corps, et lorsqu’ils sont décollés, aux stress des manipulations, à la violence des co

  •  Non à ces pratiques barbare, par François Joly , le 27 juillet 2018 à 17h26

    Le nombre des passereaux diminue il est temps d’être assez intelligent et responsable pour arrêter ce genre de pratique d’un autre temps

  •  Contre, par Cavalie , le 27 juillet 2018 à 17h25

    Contre ces pratiques d un autre temps. L heure est à la protection de la nature. N avez vous pas entendu parlé du printemps silencieux ? Nos oiseaux disparaissent !protégeons les !

  •  CONTRE, par Jonathan Sédivy , le 27 juillet 2018 à 17h24

    Lors des opérations de contrôle, les associations ont souvent trouvé des oiseaux blessés ou morts dans ces pièges. Il est inadmissible à notre époque d’utiliser de tels pièges. Je suis contre cette arrêté d’autorisation.

  •  Je suis contre ! , par Brossier , le 27 juillet 2018 à 17h21

    Arrêtons de piéger et massacrer les oiseaux de manieres qui plus est non sélective de l’espèce ! Nous manquons cruellement d’oiseaux dans nos villes mais aussi dans nos campagnes. Arrêtons ces chasses sans queue ni tête !

  •  chasses traditionnelles, par godart denis , le 27 juillet 2018 à 17h18

    La tenderie aux vanneaux :
    En France, pays qui abrite environ 70% des hivernants d’Europe, la tendance des populations nicheuses (-33% sur 1989-2015) et hivernantes (-48% sur 2000-2017) est alarmante. 2 050 oiseaux de ces espèces pourront être prélevés à l’aide du piégeage au filet (tenderie aux vanneaux)pour la saison 2018-2019 selon l’arrêté projeté.

    La tenderie au brancher :
    Rien ne garantit que d’autres espèces non ciblées ne se retrouvent pas également prises au piège et la nature même du piège empêche tout relâcher d’une espèce non ciblée et potentiellement protégée, puisque la technique consiste à étrangler l’oiseau. La tenderie au brancher est donc non sélective. En cela elle est contraire au droit européen et l’Etat le sait parfaitement puisque l’arrêté ministériel du 17 août 1989 encadrant ce mode de chasse prévoit que « Tout gibier autre que les grives et merles pris accidentellement dans une tenderie est déclaré dans les vingt-quatre heures » – et non pas « relâché » – à l’ONF ou à la fédération des chasseurs ». L’année dernière, les chasseurs prétendent avoir capturé 5 711 oiseaux. Pourquoi donc autoriser le piégeage de 20 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ainsi que le prévoit l’arrêté en consultation ?

  •  Avis défavorable aux chasses traditionnelles, par Forchelet , le 27 juillet 2018 à 17h17

    Ces chasses sont dites « traditionnelles » car elles dérogent aux directives européennes. Elles datent d’une période où les populations rurales avaient besoin de se nourrir de protéines animales à bon compte. Ce n’est plus justifié aujourd’hui. D’autant que le piégeage est difficilement contrôlable, et les pratiques cruelles.

  •  Positionnement contre le piégeage des Vanneaux huppés et des Pluviers dorés aux filets ainsi que le piégeage des merles et grives aux tenderies dans le département des Ardennes , par Léa Chalvin , le 27 juillet 2018 à 17h16

    En Franche-Comté, pourtant pas si lointaine des Ardennes, le vanneau huppé, classé "En danger" sur la liste rouge des oiseaux nicheurs de Franche-Comté (Giroud et al. 2017), fait l’objet de mesures de protections pour enrayer le déclin de l’espèce dont la population a chuté de 75% entre 1996 et 2010. TROIS-QUARTS ! Chaque année, la LPO FC et de nombreux citoyens bénévoles se battent et se cotisent pour sauver cette espèce pour laquelle le gouvernement souhaite augmenter les quotas de prélèvement à quelques centaines de km ! Dans les Ardennes, où l’espèce est également classée en danger (liste rouge des oiseaux nicheurs de Champagne-Ardennes, Fauvel et al. 2007). Alors oui, je parle ici majoritairement des effectifs nicheurs, mais si les effectifs hivernants diminuent, les nicheurs seront également impactés. De plus, la France abrite environ 70% de la population hivernante d’Europe, dont la situation est bien alarmante(-48% sur 2000-2017).

    Et je ne prends ici que l’exemple du vanneau, mais les autres espèces citées dans les arrêtés sont également concernées.

    Par pitié, un peu de bon sens ! Je vous demande ainsi de ne pas augmenter les quotas de chasse et de revoir ceux-ci au plus bas.
    Merci de votre considération quant à cette demande,
    Cordialement.

  •  Arrêtez le massacre, par Galli , le 27 juillet 2018 à 17h15

    Merci d arrêter ce massacre

  •  NON AUX CHASSES TRADITIONNELLES, par LENTZ , le 27 juillet 2018 à 17h13

    Bonjour ,
    à notre époque il faudrait trouver des moyens plus respectueux envers nos amis les animaux pour réguler certaines espèces !

  •  DEFAVORABLE à l’autorisation de chasse aux filets ou tenderies au brancher, par Annabelle Verhaeghe , le 27 juillet 2018 à 17h13

    Bonjour,

    La tenderie au brancher est, selon l’article 9 de la directive "oiseaux", illégale car non sélective.

    "Rien ne garantit que d’autres espèces non ciblées ne se retrouvent pas également prises au piège et la nature même du piège empêche tout relâcher d’une espèce non ciblée et potentiellement protégée, puisque la technique consiste à étrangler l’oiseau. La tenderie au brancher est donc non sélective. En cela elle est contraire au droit européen et l’Etat le sait parfaitement puisque l’arrêté ministériel du 17 août 1989 encadrant ce mode de chasse prévoit que « Tout gibier autre que les grives et merles pris accidentellement dans une tenderie est déclaré dans les vingt-quatre heures » – et non pas « relâché » – à l’ONF ou à la fédération des chasseurs ». L’année dernière, les chasseurs prétendent avoir capturé 5 711 oiseaux. Pourquoi donc autoriser le piégeage de 20 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ainsi que le prévoit l’arrêté en consultation ?" se demande à raison la Lpo. Je vous le demande également.

    Quant à la tenderie aux vanneaux, elle est également mortifère, malgré un contexte actuel alarmant quant à la population d’oiseaux, notamment nicheurs, et une mobilisation du public en faveur de la biodiversité et contre la cruauté envers les autres espèces animales chaque jour grandissante.

    Les temps changent, les mœurs évoluent, et c’est maintenant qu’il faut protéger la biodiversité.
    Je suis donc totalement contre les autorisations données par un tel arrêté.

    Merci.

  •  Inadmissible , par Birgit Tollner , le 27 juillet 2018 à 17h09

    Il est inadmissible d’autoriser encore des traditions aussi barbares. Face à l’effondrement des populations d’oiseaux et d’insectes nous devons tout faire pour sauver un maximum d’oiseaux.
    La LPO devrait d’ailleurs porter cette affaire devant les instances européennes. Il y a des pays qui investissent des millions pour sauver des oiseaux qui risquent ensuite de se faire tuer en France. Il est insupportable aussi que tous les gouvernements s’inclinent devant une minorité de chasseurs.