EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse

Du 24/07/2018 au 14/08/2018 - 6181 commentaires

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle dont ceux à l’aide de gluaux dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse pour la capture des grives, merles noirs, vanneaux et pluviers dorés.

Sur la base de l’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", qui prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, un arrêté ministériel du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses dans ces départements.
L’objet des présents arrêtés soumis à la consultation du public est de définir les quotas de prélèvement autorisés pour chaque saison et par département.
Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets délivrent les arrêtés d’autorisation individuelles.


Télécharger :

Commentaires
  •  le pouvoir aux mains des chasseurs, par Jean-pierre Rivière , le 25 juillet 2018 à 23h01

    pourquoi des "coutumes" obsolètes ont elles encore le droit d’être autorisées en 2018.
    pour satisfaire des électeurs (de plus en plus rares et vieux) ???

    les oiseaux sont de plus en plus en voie d’extinction et vous continuez à autoriser ces pratiques d’un autre age .

  •  Une chasse aux antipodes de la préservation de notre biodiversité, par Laurent Del Fabbro , le 25 juillet 2018 à 15h37

    A l’heure où l’on sait que la biodiversité est mise à mal, c’est insupportable d’imaginer que de telles pratiques de chasse non sélective se déroulent encore dans nos forêts. Vous n’ignorez pas que des dizaines de milliers de petits oiseaux appartenant à des espèces protégées, tels que mésanges, rouges-gorges, accenteurs, se collent eux-aussi à ces pièges visqueux. Merci de prendre les mesures pour arrêter cela.

  •  Stop à la torture des animaux !, par Michèle Pettinelli , le 25 juillet 2018 à 14h44

    La chasse à la glu est une pratique particulièrement cruelle, c’est insensé qu’elle soit encore autorisée ! Le taux de prélèvement autorisé devrait être égal à zéro !

  •  Chasses traditionnelles , par Alcaraz , le 25 juillet 2018 à 14h05

    Complètement d’accord Pour conserver les chasses traditionnelles françaises.

  •  Contre, par GIROUD Marc , le 25 juillet 2018 à 11h52

    Bien évidemment contre... aucun contrôle, aucune capacité du monde cynégétique, complicité des forces de l’ordre et judiciaire... on connait la musique depuis des décennies en France et notamment dans les régions visées par cet arrêté !

  •  CITOYEN RESPONSABLE, par Ferrié , le 25 juillet 2018 à 08h16

    Je suis contre ce mode de destruction de la faune, cela crée un stress très important sur les oiseaux, stress a toutes les étapes de cette chasse, 78 000 oiseaux attrapés uniquement sur 4 départements, c’est véritablement détruire la biodiversité, aucune étude sur le taux de libération des oiseaux, ni sur le taux de reproduction de ces oiseaux...Aucun contrôle sur le nombre attrapés , ni relâchés ....

  •  quotas de prélèvements, par Roncin , le 25 juillet 2018 à 07h56

    Je m’oppose formellement à ce type de chasse non sélectif qui permet le braconnage d’autres espèces , certaines protégées . Je suis scandalisé par le fait que je dépense de l’argent pour protéger et aider des oiseaux qui vont finir dans l’estomac de goinfres.

  •  Non à l’usage de gluaux, par Noblet jean françois membre du CNPN , le 25 juillet 2018 à 07h18

    Bonjour
    L’association agréé Le Pic vert qui compte 760 adhérents en Isère et dans les Alpes de haute Provence demande l’arrêt de l’usage de gluaux. En Effet cette technique est non sélective et elle peut affecter de nombreuses espèces d’oiseaux, de mammifères (écureuil, muscardins ), de chauves-souris qui sont des espèces protégées.
    JF Noblet coprésident Pic vert

  •  Protection intégrale de tous les oiseaux migrateurs, par Patrick JANIN , le 25 juillet 2018 à 05h52

    Je me prononce pour le quota 0.

    Chaque oiseau migrateur est un monument de la nature. Prétendre se l’approprier pour le détruire est une idiotie.

    Il faut supprimer toutes ces traditions de saccage de la nature.

    La protection de la nature est d’intérêt général, pas la chasse.

    Patrick JANIN
    Association ornithologique et mammalogique de Saône-et-Loire

  •  Protection intégrale de tous les oiseaux migrateurs, par Patrick JANIN , le 25 juillet 2018 à 05h49

    Je me prononce pour le quota 0.

    Chaque oiseau migrateur est un monument de la nature. Prétendre se l’approprier pour le détruire est une idiotie.

    Il faut supprimer toutes ces traditions de saccage de la nature.

    La protection de la nature est d’intérêt général, pas la chasse.

    Patrick JANIN
    Association ornithologique et mammalogique de Saône-et-Loire

  •  Chasse au Gluaux, par yves Bertrand , le 24 juillet 2018 à 22h10

    Comment peut-on encore autoriser ce genre de massacres d’oiseaux ? La faune aviaire connait un effondrement sans précedent de populations et l’on accorde encore à certains malades le droit de poser ces pièges à la glue qui tuent sans discernement les oiseaux sauvages !
    C’est simplement scandaleux

  •  Chasse au Gluaux, par yves Bertrand , le 24 juillet 2018 à 22h09

    Comment peut-on encore autoriser ce genre de massacres d’oiseaux ? La faune aviaire connait un effondrement sans précedent de populations et l’on accorde encore à certains malades le droit de poser ces pièges à la glue qui tuent sans discernement les oiseaux sauvages !
    C’est simplement scandaleux

  •  Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse, par Pierrick MARION , le 24 juillet 2018 à 22h05

    La situation des espèces migratrices est telle qu’il devient irresponsable de continuer des pratiques d’un autre temps.

  •  Les traditions ont bon dos, par Joël Minois (président de l'Association Ornithologique et Mammalogique de Saône-et-Loire) , le 24 juillet 2018 à 19h40

    Comme pour les Ardennes, on ne peut que trouver l’argumentation un peu légère. Les traditions ne sont pas toutes très honorables et ont un bon prétexte pour des pratiques douteuses. Qui plus est on a l’impression qu’aucune étude sérieuse n’a été faite des effectifs des populations concernées par ces chasses. Et en plus on nous promet des contrôles stricts. Ça veut dire quoi ? Comme trop souvent, on dissimule l’absence de faits et des chiffres par des affirmations et des opinions qui n’ont de fondée que l’apparence.