EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Arrêté relatif à la suspension de la chasse de certaines espèces de gibier en France métropolitaine

Du 10/07/2018 au 31/07/2018 - 8036 commentaires

Depuis 2008, en raison de leur mauvais état de conservation, le Courlis cendré et la barge à queue noire, deux espèces appartenant à la liste des espèces chassables sont protégées par des moratoires, conformément aux dispositions et préconisation de l’Accord pour la conservation des oiseaux migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA). Deux moratoires successifs ont été pris, en 2008 et en 2013, le moratoire de 2013 introduisant toutefois une modification pour le courlis cendré qui peut être chassé sur le domaine public maritime.

Le présent arrêté prolonge ces moratoires pour la période d’une année, afin de pouvoir intégrer, à partir de 2019, les conclusions des plans de gestions de ces espèces qui seront débattus et adoptés lors de la prochaine COP de l’AEWA.

La mise en œuvre de ces moratoires s’est justifiée jusqu’ici pour les motifs suivants :

  • la Barge à queue noire est en mauvais état de conservation à l’échelle européenne. Un plan de gestion international a été adopté au titre de l’Accord international sur les oiseaux d’eau d’Afrique et d’Eurasie (AEWA) en 2008, et prévoit un arrêt de la chasse dans toute l’aire de répartition de l’espèce ;
  • le Courlis cendré est classé dans la catégorie des espèces « Quasi menacées » de la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), pour lesquelles une action internationale est appropriée. Elle fait également l’objet depuis 2015 d’un plan européen qui préconise un moratoire sur sa chasse.

Ainsi, le projet d’arrêté soumis à la présente consultation vise à :

  • reconduire le moratoire sur la chasse de la Barge à queue noire pour un an, le temps de renouveler le plan de gestion international, qui prévoit actuellement l’arrêt de la chasse de cette espèce dans tous les pays, et qui arrive à échéance fin 2018. Les discussions en cours laissent penser qu’en raison du mauvais état de conservation, ce plan sera vraisemblablement reconduit à l’identique ;
  • reconduire le moratoire sur la chasse du Courlis cendré, excepté sur le domaine public maritime comme actuellement, pour une durée d’un an.

Cet arrêté permettra donc, en cohérence avec le Plan Biodiversité, de prolonger la protection de deux espèces dont l’état de population est inquiétante, le temps de mettre en place une gestion adaptative des espèces chassables pour mieux connaître et rationaliser les prélèvements en fonction de leur état de conservation. Ce principe repose sur un renforcement de la collecte des données sur l’état de conservation des espèces et sur les prélèvements réalisés par les chasseurs ; ces données seront analysées par une instance d’expertise scientifique pour éclairer le choix de la gestion la mieux adaptée pour chaque espèce.

Une synthèse intermédiaire a été établie pour la millième contribution (cf document joint).


Télécharger :

Commentaires
  •  Avis favorable, par Stéphanie KELLER , le 16 juillet 2018 à 12h48

    Je soutiens le renouvellement des moratoires sur la chasse de ces deux espèces en mauvais état de conservation, en m’étonnant toutefois que ce moratoire n’ait une durée que d’un an. Est-il possible qu’en un an la mobilisation du gouvernement grâce au plan biodiversité sera telle que ces espèces vont recouvrer un statut de conservation favorable ? D’ailleurs, il est inconcevable que la chasse de ces deux espèces soient poursuivie. Elles doivent être inscrites dans la liste des oiseaux protégés, comme les autres pays européens l’ont fait.

  •  avis defavorable au projet d’arrété soumis à la consultation, par Serres Bernard , le 16 juillet 2018 à 12h31

    je suis contre le maintien du moratoire quelle que soit sa durée
    on veut faire payer aux chasseur Français l’incurie des hollandais qui ne veulent pas réguler les prédateurs de ces espèces alors qu’il est prouvé que c’est la prédation excessive au moment de la reproduction qui met en danger la survie de ces espèces

  •  moratoire courlis cendré et la barge à queue noire, par Olivier MAS , le 16 juillet 2018 à 12h22

    ce n’est pas la chasse qui pose problème. ces espèces sont menacées par la prédation excessive en Europe du nord pendant la période de reproduction. les chasseurs ont des dispositifs de comptage et de surveillance que l’Etat n’a pas, et ils opèrent et financent des compensations en préservant les habitats naturels en France.
    si ces espèces régressent, ce sont les chasseurs qui le diront.
    mettez fin au moratoire, expérimentez sur le terrain, et les chasseurs rendront compte à l’Etat dans le cadre de la collecte des données.

  •  NON aux moratoires OUI à la GESTION, par sautereau , le 16 juillet 2018 à 12h22

    Je suis défavorable au projet d’arrêté et contre le maintien du moratoire, quelle que soit sa durée.
    La chasse de ces espèces en France a peu d’impact sur leur état de conservation. Que fait-on pour favoriser la reproduction de ces espèces? conservation des habitats, périodes de fauche, limitation de la prédation...
    Une ouverture retardée au 15 septembre de la chasse de la Barge à queue noire permettrait de protéger les barges issues de la sous-espèce continentale, la seule qui est menacée, tout en pouvant chasser celles de la sous-espèce islandaise qui elle a un statut favorable.

    Pour mesurer l’impact de ces moratoires, Il suffit de regarder le bilan d’évolution de ces populations depuis 10 années sans la chasse...AUCUN

    Quand va-t-on s’attaquer au vrai problème : la conservation de l’habitat !!!!!!

  •  contre le maintien du moratoire, par hartvansteen , le 16 juillet 2018 à 12h21

    « avis défavorable au projet d’arrêté soumis à la consultation ». Et ajouter : « je suis contre le maintien du moratoire, quelle que soit sa durée »

  •  moratoire sur la chasse du courlis cendré et de la barge a queue noire, par brunet patrice , le 16 juillet 2018 à 12h14

    - Les chasseurs français se sont engagés, selon les souhaits du Ministère, à mettre en place une gestion adaptative de ces espèces si les moratoires sont levés. Ils ont pour cela entièrement financé la mise au point d’outils nécessaires pour cette gestion (modèle de population Courlis cendré ; application mobile de déclaration et contrôle des prélèvements pour respecter les quotas…). Les garanties sont là, pourquoi reculer encore la levée des moratoires ?

  •  Avis défavorable au maintient du moratoire , par Ben , le 16 juillet 2018 à 12h05

    Le projet d’arrêté présenté est motivé par le renouvellement attendu du Plan d’action international sur la Barge à queue noire (AEWA). Or, concernant la chasse, le contenu de ce Plan n’est plus conforme avec le nouvel Accord AEWA de 2015, qui autorise une gestion adaptative à la place d’un moratoire. Il suffit de modifier le Plan en ce sens lors de la réunion de l’AEWA en décembre prochain. La FNC a proposé au Ministère une résolution AEWA en ce sens. Il suffit d’un peu de volonté. Une levée au moins temporaire du moratoire en attendant l’AEWA de décembre est une solution, d’autant plus que l’on sait maintenant que les prélèvements français sont sans impact sur l’état de conservation de l’espèce et que le moratoire ne sert donc à rien.
    J’émet donc un avis défavorable au projet d’arrêté soumis à la consultation et je suis contre le maintien du moratoire, quelle que soit sa durée.On fait payer les chasseurs français pour l’incurie des Hollandais qui ne veulent pas réguler les prédateurs de ces espèces alors qu’il est démontré qu’il y a une prédation excessive au moment de la reproduction dans ce Pays. Il est scientifiquement connu que le problème de ces espèces se situe au niveau de la reproduction et non pas au niveau de la survie en hiver.

  •  Arrêté relatif à la suspension temporaire de la chasse de certaines espèce, par Hétroy Jean , le 16 juillet 2018 à 11h59

    Je donne un avis défavorable à ce projet, il serait certainement plus utile de se préoccuper de l’état de conservation des milieux où ces oiseaux nichent, hivernent et stationnent régulièrement, et de protéger ceux-ci.
    De la chasse qui n’occupe le terrain qu’une partie de l’année au tourisme qui colonise de plus en plus d’espace de manière de plus en plus massive et ce tout au long de l’année ; lequel des deux est le plus néfaste à l’environnement ? Si seulement, les chasseurs et les sois disants protecteurs de la nature pouvaient travailler main dans la main on y gagnerait tous. Si seulement il n’y avait pas de pognons en jeu dans ces débats !?…………….

  •  moratoire barge à queue noire et courlis cendré, par charron , le 16 juillet 2018 à 10h11

    "Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France."

  •  Declin des espèces d’oiseaux, par Jean-François Desvignes , le 12 juillet 2018 à 08h41

    Les espèces sauvages sont menacées, non par une inadaptation à leur milieu naturel mais par la modification de ce dernier, due essentiellement à l’homme et ses techniques agricoles.
    Dès lors, interdire la chasse de ces espèces non-invasives semble un incontournable.
    Qui se soucie de la barge à queue noire?
    Quel est l’intérêt de chasser le courlis cendré?

  •  Renouvellement du moratoire, par Philippe Hédouin , le 12 juillet 2018 à 08h40

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  à étendre au domaine maritime, par jclaude , le 12 juillet 2018 à 08h40

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France

  •  Stop à la chasse des espèces en déclin, par Christine Valex , le 12 juillet 2018 à 08h39

    Comment est il possible encore, sachant que ces espèces sont en déclin, et que nous en sommes responsables, de continuer à les détruire ? alors que nous devrions les protéger pour pouvoir continuer, nous et les générations futures, à les admirer !

  •  Chasse de certaines espèces de gibier en France , par MATHOT , le 12 juillet 2018 à 08h39

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France."

  •  Pour un moratoire prolongé, par soudan , le 12 juillet 2018 à 08h39

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France."

  •  Je suis favorable , par Mahé , le 12 juillet 2018 à 08h39

    "Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France."

  •  Moratoire sur la chasse de la Barge à queue noire et du Courlis cendré,, par Antoine Mondoloni , le 12 juillet 2018 à 08h39

    "Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France

  •  Moratoire barge et courlis , par Pailler , le 12 juillet 2018 à 08h38

    La barge à queue noire est en mauvais état de conservation. Le moratoire doit être prolongé.
    Le courlis est menacé. Le moratoire doit être prolongé et étendu au domaine public maritime.
    Les chasseurs prétendent "réguler " (et non tuer), qu’ils le fassent.

  •  2 espèces à retirer des espèces chassables, par LENFANT , le 12 juillet 2018 à 08h38

    Je suis totalement favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis : un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire , par Christophe ANDRES , le 12 juillet 2018 à 08h36

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

    Christophe ANDRES