EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Arrêté relatif à la suspension de la chasse de certaines espèces de gibier en France métropolitaine

Du 10/07/2018 au 31/07/2018 - 8036 commentaires

Depuis 2008, en raison de leur mauvais état de conservation, le Courlis cendré et la barge à queue noire, deux espèces appartenant à la liste des espèces chassables sont protégées par des moratoires, conformément aux dispositions et préconisation de l’Accord pour la conservation des oiseaux migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA). Deux moratoires successifs ont été pris, en 2008 et en 2013, le moratoire de 2013 introduisant toutefois une modification pour le courlis cendré qui peut être chassé sur le domaine public maritime.

Le présent arrêté prolonge ces moratoires pour la période d’une année, afin de pouvoir intégrer, à partir de 2019, les conclusions des plans de gestions de ces espèces qui seront débattus et adoptés lors de la prochaine COP de l’AEWA.

La mise en œuvre de ces moratoires s’est justifiée jusqu’ici pour les motifs suivants :

  • la Barge à queue noire est en mauvais état de conservation à l’échelle européenne. Un plan de gestion international a été adopté au titre de l’Accord international sur les oiseaux d’eau d’Afrique et d’Eurasie (AEWA) en 2008, et prévoit un arrêt de la chasse dans toute l’aire de répartition de l’espèce ;
  • le Courlis cendré est classé dans la catégorie des espèces « Quasi menacées » de la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), pour lesquelles une action internationale est appropriée. Elle fait également l’objet depuis 2015 d’un plan européen qui préconise un moratoire sur sa chasse.

Ainsi, le projet d’arrêté soumis à la présente consultation vise à :

  • reconduire le moratoire sur la chasse de la Barge à queue noire pour un an, le temps de renouveler le plan de gestion international, qui prévoit actuellement l’arrêt de la chasse de cette espèce dans tous les pays, et qui arrive à échéance fin 2018. Les discussions en cours laissent penser qu’en raison du mauvais état de conservation, ce plan sera vraisemblablement reconduit à l’identique ;
  • reconduire le moratoire sur la chasse du Courlis cendré, excepté sur le domaine public maritime comme actuellement, pour une durée d’un an.

Cet arrêté permettra donc, en cohérence avec le Plan Biodiversité, de prolonger la protection de deux espèces dont l’état de population est inquiétante, le temps de mettre en place une gestion adaptative des espèces chassables pour mieux connaître et rationaliser les prélèvements en fonction de leur état de conservation. Ce principe repose sur un renforcement de la collecte des données sur l’état de conservation des espèces et sur les prélèvements réalisés par les chasseurs ; ces données seront analysées par une instance d’expertise scientifique pour éclairer le choix de la gestion la mieux adaptée pour chaque espèce.

Une synthèse intermédiaire a été établie pour la millième contribution (cf document joint).


Télécharger :

Commentaires
  •  Pour une reconduction du moratoire sur la chasse de la barge à queue noire et le courlis cendré, par Moreau Patrick , le 12 juillet 2018 à 07h50

    Je suis très favorable au projet de renouvellement du moratoire sur la chasse de la barge à queue noire et le courlis cendré, une décision indispensable pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN et déterminées comme telles par toutes les études réalisées.

    Il serait plus que judicieux que ce moratoire soit même étendu à 3 ans, délai minimum et nécessaire pour aider les populations à se stabiliser et éventuellement mieux...

    De plus, pour le courlis cendré, le moratoire devrait être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire uniquement sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens !

  •  chasse du courlis cendré, par GENTIL Josiane , le 12 juillet 2018 à 07h48

    "Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France."

  •  Retirons ces 2 oiseaux des espèces chassables !, par REVERSAT C. , le 12 juillet 2018 à 07h47

    Je suis très favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire et du courlis cendré, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.
    Pour le courlis cendré, le moratoire doit impérativement être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.
    Indépendamment des décisions de la COP de l’AWEA qui, espérons le, vont retirer définitivement ces oiseaux des espèces chassables, ce moratoire doit être prolongé pour au moins 10 ans (ou mieux : remplacé par une interdiction totale et définitive. Une petite année comme proposé est malheureusement bien insuffisante pour espérer un quelconque effet sur la reconstitution des populations.

  •  Moratoires barge à queue noire et coulis cendré, par OLIVIER Christophe , le 12 juillet 2018 à 07h46

    Je suis favorable au projet de renouvellement des moratoires concernant la chasse de la barge à queue noire et du coulis cendré.
    Cette décision primordiale pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN doit cependant s’appuyer sur une durée de prolongement d’au moins 3 ans.

    Concernant le courlis cendré il est essentiel que le moratoire soit étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Moratoire de chasse, par LECLERC , le 12 juillet 2018 à 07h46

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France."

  •  Pour, par Pauline Defives , le 12 juillet 2018 à 07h46

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France

  •  Moratoire Barge et Courlis, par LEFEVRE. Brigitte , le 12 juillet 2018 à 07h46

    Bien sûr qu.il faut reconduire ce moratoire et le prolonger dans la durée comme dans les espèces à protéger maritime ou terrestre.

  •  Continuité et extension du moratoire., par OV-VO , le 12 juillet 2018 à 07h45

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Moratoire, par Annick Masson , le 12 juillet 2018 à 07h43

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Extension du moratoire pour une protection véritable du courlis cendre et de la Barge à queue noire, par DEVULDER Marie Laure , le 12 juillet 2018 à 07h43

    Il est primordial de reconduire ce moratoire pour ces deux espèces dont les effectifs diminuent dangereusement. Il n est pas cohérent juridiquement de permettre la chasse du Courlis Cendre sur le Domaine Public Maritime. Au vu de la nécessité de mener des études pour l élaboration de nouveaux plans de gestion, je propose une extension du plan de gestion d une durée suffisante, 3ans minimum ou alors un retrait de la liste des espèces chassable.

  •  Oui au moratoire, par Lyon , le 12 juillet 2018 à 07h42

    Pourquoi vouloir sostiner a chasser des especes dont le statut de Conservation est vraiment catastrophique?

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Moratoire sur la chasse du courlis cendré et de la barge à queue noire, par Jean-Claude Bonnet , le 12 juillet 2018 à 07h40

    Pourquoi le moratoire sur la chasse du courlis cendré n’est-il pas étendu au domaine maritime puisqu’il est classé dans la liste des espèces quasi menacées ? Il me semble que c’est justement sur ce domaine maritime que l’essentiel des oiseaux de cette espèce sont tués.

  •  Gestion d espèces, par Thierry , le 12 juillet 2018 à 07h40

    Alors qu’ une étude de l oncfs prouve que le moratoire n a aucun effet le texte de cet arrêté est encore bien dirigé de plus pour la barge seule la continentale n est pas bien et en raison de la destruction de son habitat elle ne migre pas.en même temps que l islandaise
    Un regard plus spécialisé et sans idéologie doit être de mise
    Quand regarderez vous les études le réel problème et avec une gestion adaptative on peut avoir un âge sexe ratio pour l état des populations
    NON AU MORATOIRE

  •  moratoire Courlis cendré et Barge à queue noire, par Genevois Didier , le 12 juillet 2018 à 07h38

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Renouvellement moratoire de chasse barge - courlis cendré, par DEPAYS , le 12 juillet 2018 à 07h38

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France."

  •  Moratoire nécessaire, par Leclercq , le 12 juillet 2018 à 07h37

    Au moment où l’on annonce la chute du nombre d’oiseaux, il me semble important de décréter un moratoire sur la chasse aux oiseaux afin de permettre une remise à jour rationnelle de ces pratiques.

  •  Moratoire Barge à queue noire, par Claude CHAMPELEY , le 12 juillet 2018 à 07h36

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Un moratoire vital pour l’espèce, par François MARIE , le 12 juillet 2018 à 07h35

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire sur la chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciale pour cette espèce classée vulnérable par l’UICN.
    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans si on veut assurer l’avenir de l’espèce.

    Pour le courlis cendré, classé vulnérable également par l’UICN, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis. Un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.
    Toutes les espèces animales en phase critique quant à leur survie, devraient systématiquement être retirées des espèces chassables ou bénéficier automatiquement d’un moratoire qui ne devrait pas être inférieur à 3 ans de manière à avoir des informations fiables sur leur état. Quant à la tourterelle des bois, citée dans un autre commentaire, la France aurait dû signer le moratoire européen sur sa chasse. En ne le faisant pas, elle ne s’honore pas et se rend responsable à court terme de la disparition de l’espèce sur notre territoire. L’inscription de la biodiversité dans la Constitution ne sera pour elle qu’un leurre.

  •  renouvellement du moratoire, par Buret-Bonnaillie Rémi , le 12 juillet 2018 à 07h32

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Renouvellement des moratoires de chasse de la barge à queue noire et du courlis cendré, par JAFFRE Alain , le 12 juillet 2018 à 07h30

    Adhérent de la L.P.O. depuis une quarantaine d’années, je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciale pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.

    Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.