EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Arrêté modifiant l’arrêté du 3 juillet 2019 pris pour l’application de l’article R. 427-6 du code de l’environnement et fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts

Du 06/12/2019 au 27/12/2019 - 719 commentaires

La destruction des renards doit se faire à égalité de traitement avec ceux chassés en vénerie sous terre. Ces mesures décidées en juillet 2019 englobaient un cadre réglementaire trop large pour la destruction. Cet arrêté précise les mesures à mettre en oeuvre uniquement.

L’arrêté du 3 juillet 2019 relatif à la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts avait amélioré les conditions de capture du renard lors du déterrage.

Guidé par le souci d’une meilleure prise en compte du bien être animal, cet arrêté reprenait les modalités de capture de l’arrêté du 18 mars 1982 relatif à l’exercice de la vénerie.
Or la rédaction de l’arrêté du 18 mars 1982 englobe aussi d’autres considérations propres à la vénerie comme le fait de créancer des chiens de meute et la possession d’une attestation de meute sans utilité au regard du bien-être animal et de la destruction. Ce qui complexifie inutilement le dispositif.

Le présent arrêté précise les alinéas concernés de l’arrêté du 18 mars 1982, en relation avec la pratique de la vénerie sous terre, afin d’effacer toutes ambiguités d’interprétation.


Télécharger :

Commentaires
  •  Qui est le plus prédateur ? , par Patrick BOURQUE , le 23 décembre 2019 à 11h37

    Comment l’Humain le plus grand prédateur avec 7 milliards d’individu peut-il encore prétendre avoir la légitimité pour réguler les autres espèces. Nous sommes dans l’aire de l’anthropocène, celle de la disparition des espèces à cause de nous.

  •  Avis défavorable, par Stagnol , le 23 décembre 2019 à 11h31

    Je suis opposé à cet arrêté qui, une fois de plus, ne favorise pas l’indispensable biodiversité présente dans nos différents environnements. Le terme lui-même "destruction des espèces" est tout à fait révélateur des objectifs de certains chasseurs pour satisfaire leurs pratiques d’un autre âge. Je ne suis pas opposé par principe à la chasse, qui relève d’un choix personnel et en conscience, mais certaines pratiques de chasse devraient être abandonnées ; comme celle de traquer certains animaux comme le renard, être vivant indispensable depuis la nuit des temps à l’équilibre écologique. Les territoires "naturels" sont un bien commun à tous (hommes et faune sauvage) et ne sont pas la "propriété" exclusive de certains. Cohabitons ensemble en bonne intelligence pour faire vivre nos territoires.

  •  Pour l’arrêté, par Florian , le 23 décembre 2019 à 11h02

    Pour Arrêté modifiant l’arrêté du 3 juillet 2019 pris pour l’application de l’article R. 427-6 du code de l’environnement et fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts

  •  FAVORABLE à cet arrêté, par Damien , le 23 décembre 2019 à 10h47

    Je suis favorable à l’arrêté concernant les périodes et modalités de destruction des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts et dont le renard fait partis.

  •  Totalement contre la destruction des renards, par Dominique Gless , le 23 décembre 2019 à 10h32

    Stop au massacre d’espèces qualifiées de nuisibles dans la législation française. Toutes ces espèces ont leur rôle à jouer dans les écosystèmes et la nature a la capacité à s’autoréguler. Il suffit de lui en laisser le loisir.

  •  Avis favorable : Arrêté sur les périodes et modalités de destruction du renard., par Pier50 , le 23 décembre 2019 à 10h02

    - Suppression des ambiguïtés d’interprétation

    - Clarification du texte

  •  Oiseaus et Animaux, par Guerpillon Liliane , le 23 décembre 2019 à 09h05

    Je trouve honteux que des personnes décident quels Oiseaux et Animaux doivent vivre ou pas !
    Honte sur ces chasseurs !!

  •  Totalement opposée à cet arrêté, par Claude Dequidt , le 23 décembre 2019 à 09h03

    S’il y a bien quelque chose qu’il faut "arrêté", c’est la chasse morbide et sanguinaire, et la destruction de la biodiversité. Oui, le renard est utile, il s’autorégule, il régule les populations de rongeurs, nous protégeant ainsi contre la maladie de Lyme.

    Que faut-il pour que nos édiles et énarques sortent de leurs palais et ouvrent enfin les yeux sur ce massacre organisé ?

  •  Avis défavorable., par Ruyault Annick , le 23 décembre 2019 à 09h03

    Les renards sont utiles et ont leur rôle à jouer. NON à cet avis.

  •  Non , non et non !, par Helio Phil , le 23 décembre 2019 à 08h25

    Mais c’est quoi ce pays géré par des chasseurs pour qui le loisir est de tuer !
    Le moindre "concurrent" , renard , Blaireau , Martre doit être massacré...
    Après , il y a des pullulations de Campagnols que l’on gère avec des anticoagulants déversés dans la nature , alors que les "espèces susceptibles d’occasionner des dégats" font ça gratuitement et proprement !
    On marche sur la tête !

  •  avis défavorable à ce projet d’arrêté, par BERGUERAND , le 22 décembre 2019 à 21h25

    Le renard est un prédateur qui vient en concurrence directe avec les chasseurs qui veulent éliminer toutes espèces vivantes. Ceux-ci et leurs supports mentent sur les maladies du renard. En tant que prédateur il élimine de nombreux rongeurs qui sont porteurs de germes pathogènes, dont le tique vecteur de la terrible maladie de lyme. Le renard n’est pas un nuisible, il fait partie de la chaîne des espèces et joue un grand rôle dans l’équilibre de notre écosystème. Par ailleurs parler de bien être animal au regard de son mode d’élimination est scandaleux. Non à cet arrêté destructeur de la biodiversité.

  •  Projet d’arrêté relatif à la régulation des renards, par Straub Christine , le 22 décembre 2019 à 17h02

    AVIS DEFAVORABLE à ce projet d’arrêté !

  •  Avis favorable à la modification de l’arrêté, par Antoine B. , le 22 décembre 2019 à 16h25

    Je suis favorable à la modification de cette arrêté, afin d’éviter toute ambiguïté sur le sujet.

  •  Avis défavorable, par MADEC , le 22 décembre 2019 à 15h56

    Non à cet arrêté, le renard n’est pas un nuisible ! Respectueux de la Nature les chasseurs ? Alors qu’ils disposent déjà de battues administratives, tir de nuit, piégeage, déterrage !! Entre 600 000 et un million de renards sont victimes de la chasse chaque année en France. Le renard a un rôle irremplaçable dans la chaîne alimentaire. Prédateur de rongeurs, il évite leur prolifération. Parfois charognard, il participe à l’élimination des animaux malades et des cadavres, évitant ainsi les épidémies. Il exerce une sélection naturelle sans porter préjudice à son environnement. Son régime éclectique n’a pas d’incidences notables sur les aliments qu’il consomme, car il varie son « menu », en bon opportuniste qu’il est !
    Non les chasseurs ne régulent rien du tout, à part le lobbying !

  •  avis défavorable, par charrier , le 22 décembre 2019 à 15h26

    aller dans le sens de la co existence est plus intelligent

  •  Opposé à cet arrété qui simplifie la chasse du renard, par S staub , le 22 décembre 2019 à 12h25

    vous souhaitez supprimer l’alinea 3 l’article 3 de l’arrêté du 18 mars 1982 :"Les meutes doivent comprendre au moins trois chiens créancés sur la voie du renard et du blaireau." pour simplifier la chasse du renard !!...
    Un chien créancé sur le renard ou le sanglier ne devra pas partir sur un chevreuil ou sur un lièvre : c’est la règle.
    sachant que le renard est un esod , vous autorisez la chasse avec 1 seul chien non creancé qui pourra partir sur n’importe quel animal au beau milieu de la reproduction d’autres animaux , et deranger la nature toute l’année.
    pire vous encouragez les derives du creancage sauvage par des particuliers douteux, car non controlés !
    je vous demande de revenir à l’arrété initial qui a toute sa valeur et oblige les chasseurs à etre responsables et soucieux de la biodiversité

  •  Arrêté modifiant celui du 3 juillet 2019, par LOIR Maurice , le 22 décembre 2019 à 10h52

    Avis FAVORABLE à l’arrêté qui permet une pratique respectueuse des interventions de l’homme dans le fait de contenir des populations d’espèces animales posant des problèmes aux humains.

  •  Le renard, oui, mais pas trop, par Alain HESPEL , le 22 décembre 2019 à 10h48

    Avis favorable pour rester dans un domaine d’application connu, pratiqué et contrôlé. Il ne saurait être question d’autre chose que de la régulation de l’espèce en zone critique.

  •  avis favorable au projet, par preaud philippe , le 22 décembre 2019 à 10h40

    pour le projet de modification du projet et maintenir la destruction .
    beaucoup de dégâts aux particulier et porteur de maladies aux homme et autre animaux.

  •  Avis très favorable , par Maury , le 22 décembre 2019 à 10h39

    Avis favorable et merci aux chasseurs et aux Piegeurs .
    80 % des commentaires sont écrits par des citadins, des gens de La ville qui ne savent même pas différencier un chêne d un hêtre et ils essaient de nous expliquer comment fonctionne la nature.
    L agriculture d aujourd’hui détruit bon nombres de faunes sauvages et génère un déséquilibre a tout les niveaux , heureusement qu il y a des personnes qui cherchent à minimiser ce déséquilibre sur leur temps libres avec leur propre deniers.