EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2020-2021

Du 26/06/2020 au 17/07/2020 - 6723 commentaires

Les projets d’arrêtés définissent les quotas de prélèvement d’alouettes des champs (Alauda arvensis) autorisés pour la saison 2020-2021 à l’aide de pantes et matoles, moyens de chasse traditionnelle, dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques.

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, vanneau et pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Les quatre projets d’arrêtés maintiennent les quotas pour la saison 2020-2021 dans chacun des départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, au même niveau que ceux de la précédente période de chasse.

Ces projets ont fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 26 juin 2020.

La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision seront publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au Journal officiel de la République française.


Télécharger :

Commentaires
  •  AVIS DÉFAVORABLE , par Laura , le 17 juillet 2020 à 15h22

    Contre ces pratiques d’un autre âge qui menacent la biodiversité. Non à l’influence du lobby des chasseurs.

  •  Avis favorable, par Toma , le 17 juillet 2020 à 15h19

    Avis favorable, vive la ruralité et longue vie aux chasses traditionnelles

  •  Avis défavorable, par Tarib-Verrat , le 17 juillet 2020 à 15h16

    Porter atteinte à la biodiversité alors que les nouvelles générations cherchent à réparer les erreurs du passé serait contreproductif. La LPO rappelle d’ailleurs "Penser qu’une fois délivrés et relâchés, les oiseaux sont sauvés et peuvent réintégrer leur environnement sans dommage est illusoire : des lésions des plumes, de l’appareil musculo-squelettique, des contaminations par la glu et les solvants, des atteintes métaboliques peuvent impacter à court terme la survie des oiseaux".

  •  Je donne un avis favorable, par Cure , le 17 juillet 2020 à 15h16

    Je suis favorable au maintien des chasses traditionnelles au titre du patrimoine et eu egard au prélèvements insignifiants qui ne remettent pas en cause ces espèces

  •  Avis totalement défavorable., par Christian VIEL , le 17 juillet 2020 à 15h12

    "Ces chasses font partie d’un patrimoine et doivent rester comme telles", nous dit Jean-Pierre , le 17 juillet 2020 à 14h42.
    Et bien moi je réponds : Sauvage, homme de Cro-magnon, brute épaisse...
    Quel patrimoine ? Quand il n’y aura plus d’oiseaux à chasser vous irez chasser quoi ?
    Achetez vous donc un appareil photo, c’est bien plus constructif.

  •  DEFAVORABLE, par Jonac A. , le 17 juillet 2020 à 15h08

    NON à l’effondrement de la biodiversité dans nos campagnes.
    NON à l’influence des chasseurs sur la politique gouvernementale en dépit de l’indignation collective.
    NON à la "tradition" destructrice du vivant.
    NON à la provocation envers la justice européenne qui fait encourir de lourdes sanctions financières à la France, pour le bénéfice de quelques-uns (la Commission européenne a mis en demeure la France pour manquement à ses obligations de protection des espèces menacées, ciblant notamment leur piégeage indifférencié sous prétexte de traditions).

  •  Contre cette capture, par HABER Jean-Louis , le 17 juillet 2020 à 15h07

    Il faut cesser toute capture d’oiseaux, la biodiversité est en danger !!!

  •  Avis favorable, par Jean-Pierre , le 17 juillet 2020 à 14h42

    On a déjà fait cesser la chasse aux ortolans, on a fait cesser la chasse aux petits oiseaux, maintenant on veut en faire autant avec les alouettes. L’année prochaine ce sera quoi, les palombes, les faisans, les perdrix?

    Ces chasses font partie d’un patrimoine et doivent rester comme telles.

    Je suis pour la chasse aux alouettes.

  •  Avis très défavorable, par Loiseaux Anne , le 17 juillet 2020 à 14h22

    Stop à ces pratiques cruelles qui font mourir les oiseaux après des heures de souffrance. La tradition n’est pas un argument alors que la planète est dans une situation inédite de perte de la biodiversité. La France est pointée du doigt par la Commission européenne pour ses manquements à l’obligation de protection des espèces menacées.

  •  Avis hyper très très très fortement défavorable a la capture d’oiseaux, par Valérie , le 17 juillet 2020 à 14h18

    Je suis totalement et vraiment très très très très très très très très très très très très très contre votre destruction de la nature et du monde animal.
    Avis défavorable pour votre prélèvement ou capture d’oiseaux
    STOP à la CHASSE

  •  DEFAVORABLE !, par Kast , le 17 juillet 2020 à 14h12

    la biodiversité s’effondre n’avez vous pas remarqué ?

  •  avis favorable, par david christophe , le 17 juillet 2020 à 13h47

    avis très favorable car cette chasse fait partie de notre patrimoine elle devrait meme etre classer a l unesco !!!

  •  Défavorable, par TuogV , le 17 juillet 2020 à 13h41

    Il est grand temps pour l’homme d’arrêter de croire en sa "supériorité" imaginaire et de prendre conscience des vies qui l’entourent.
    Avis plus que défavorable.

  •  Avis FAVORABLE, par Alain , le 17 juillet 2020 à 13h39

    Respectons les chasses traditionnelles qui n’ont pas d’impact négatif sur la biodiversité et qui contribuent à la richesse de nos territoires et de notre pays.

  •  AVIS FAVORABLE, par Roger Gabriel , le 17 juillet 2020 à 13h37

    Je donne un avis favorable, simplement pour remercier l’IMPCF de Monsieur Jean Claude RICCI et ses équipes. VIVE L’AQUITAINE ET LA VAR.

  •  Défavorable , par Anne-Lise Dalou , le 17 juillet 2020 à 13h30

    La biodiversité est déjà bien mal en point sans en rajouter avec des pratiques cruelles de chasse, pour quoi faire ? Quel plaisir à tuer des oiseaux ? Quelle nuisance génèrent ils qui justifie un tel traitement ? Non à ces pratiques de chasse qui sont d’un autre temps.

  •  Avis défavorable, par DO MONTE.T , le 17 juillet 2020 à 13h14

    Technique d’un ancien monde de barbares.

    Les gens qui tuent par plaisir, et qui pensent que c est utile devaraient se faire suivre.

    Protégez le vivant, arrêtez vos lubies, vous pouvrz vivre sans tuer tout ce qui bouge...

  •  AVIS FAVORABLE, par Titou du Var , le 17 juillet 2020 à 13h10

    CHASSEURS DE FRANCE MOBILISEZ VOUS ! A terme, toutes les formes de chasses sont en "point de mire" de personnes qui ne souhaitent qu’une chose, IMPOSER LEUR LOI et influer sur d’autres personnes qu’ils ne connaissent même pas et cela dans des domaines dans lesquels ils ne comprennent rien. Les chasses que nous pratiquons sont respectueuses des réglementations, de la faune ainsi que de la flore. FORZA AQUITAINE !

  •  Défavorable , par Rine , le 17 juillet 2020 à 13h01

    Non non et non on est plus des sauvages !

  •  Avis défavorable, par Véronique Dufay , le 17 juillet 2020 à 13h00

    Ces pratiques de chasse non sélectives sont des survivances de méthodes d’un autre âge : des espèces protégées car en voie de disparition en sont aussi victimes. C’est un signe bien triste de l’hypocrisie actuelle, quand le président prétend que l’écologie est un des grands dossiers de son quinquennat !