Consultations publiques

Plan national d’actions en faveur des pétrels endémiques de la Réunion

publié le 14 septembre 2021

La Réunion est la seule île au monde à abriter deux espèces de pétrels endémiques. Le Pétrel de Barau (Pterodroma baraui) et le Pétrel noir de Bourbon (Pseudobulweria aterrima) sont des oiseaux marins qui ne reviennent à terre que pendant leur période de reproduction, où ils nichent au sol dans des terriers situés dans la montagne réunionnaise.
Les connaissances sur ces espèces sont relativement récentes car l’accès à leurs sites de nidification est particulièrement difficile. La première colonie de Pétrel de Barau a été localisée en 1995 alors que les deux seules colonies connues à ce jour de pétrels noirs de Bourbon ont été découvertes en 2016 et 2017 lors des prospections effectuées dans le cadre d’un projet LIFE.
Ces deux espèces sont très menacées en particulier le Pétrel noir de Bourbon avec une population mondiale estimée entre 45 et 400 couples.
En effet, les pétrels font face à plusieurs menaces importantes. Les chats et les rats (deux prédateurs introduits ) se retrouvent dans tous les milieux sur l’île et posent un problème majeur pour la préservation de la biodiversité de la Réunion et tout particulièrement pour les pétrels pendant leur nidification.
Il a aussi été mis en évidence une mortalité massive des jeunes pétrels provoquée par les éclairages artificiels . Lorsque les jeunes pétrels quittent leur nid pour leur premier envol et rejoindre l’océan, ils sont désorientés par les éclairages des villes qu’ils survolent, et finissent par tomber au sol (on parle d’échouage). Incapables de redécoller, ils sont alors particulièrement vulnérables et donc condamnés, à moins d’être recueillis par l’homme pour être relâchés. D’autres menaces directes, la pollution plastique dans les océans, et indirectes, comme l’abandon des déchets dans le milieu naturel qui favorisent les prédateurs introduits pèsent aussi sur la survie des populations de pétrels à long terme.
Afin de réduire l’impact des menaces sur les pétrels, les acteurs locaux se sont mobilisés en engageant des actions de sauvegarde et de sensibilisation. En 2008, un Plan de conservation en faveur du Pétrel de Barau a été développé par la Société d’études ornithologiques de la Réunion. En 2012, un Plan National d’Actions (PNA) a été mis en place en faveur du Pétrel noir de Bourbon.
Cependant, ces deux espèces ont toujours un statut de conservation très défavorable et l’évolution de leurs populations est conditionnée à la poursuite des actions de conservation dans les colonies de reproduction (contrôle des prédateurs) et en milieu urbain (réduction de la pollution lumineuse et des collisions avec des infrastructures).
Ce nouveau plan national d’action en faveur des deux pétrels endémiques de La Réunion a donc pour objectif d’assurer la sauvegarde à long terme du Pétrel de Barau et du Pétrel noir de Bourbon. La première partie de ce plan dresse le bilan des connaissances actuelles sur les deux espèces. La deuxième partie expose les menaces et leurs impacts sur les pétrels, ce qui permet, dans une troisième partie, de définir une stratégie précisant les orientations à suivre sur le long terme. Dans la quatrième partie, cette stratégie est détaillée en objectifs spécifiques déclinés en actions concrètes à mettre en œuvre sur la durée de ce nouveau plan (2021-2030).

Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) a donné un avis favorable le 22 avril 2021 sur ce plan national d’actions (2021-2030).
Le projet de plan national d’action accompagné de l’avis du CNPN sont téléchargeables en pièce jointes.
En application du dernier alinéa du II de l’article L. 123-19-1 du code de l’environnement, les observations du public pour cette consultation sont rendues accessibles au fur et à mesure de leur réception.
Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.
La consultation est ouverte du 14 septembre au 15 octobre 2021.