Projet de plan national d’action pour l’esturgeon 2020-2029

publié le 20 décembre 2019 (modifié le 23 décembre 2019)

En 2007, le comité permanent de la convention de Berne a adopté un plan d’action pour la conservation et la restauration de l’Esturgeon européen, impliquant les pays signataires couvrant l’essentiel de l’aire de répartition historique et actuelle de l’espèce. Un premier plan national d’actions en faveur de l’esturgeon européen a mis en œuvre de 2011 à 2015. La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages du 8 août 2016 complète le dispositif relatif aux plans nationaux d’actions : elle prévoit que l’État établisse, d’ici le 1er janvier 2020, des plans nationaux d’actions en faveur des espèces endémiques de faune ou de flore sauvage particulièrement menacées, identifiées comme étant « en danger critique » ou « en danger ».

Le second plan national d’actions en faveur de l’esturgeon européen est proposé pour les 10 prochaines années (2020-2029). Il constitue une contribution nationale aux orientations internationales et européennes. Il s’oriente autour de 4 axes :

  1. la conservation de l’esturgeon européen dans son milieu naturel ;
  2. la protection des habitats estuariens et fluviaux et la libre circulation de l’espèce ;
  3. la conservation du stock captif et le lâcher de juvéniles dans le milieu naturel issus de reproductions assistées ;
  4. la poursuite des efforts de recherche et la coopération internationale.

Historiquement, les contraintes et les pressions rencontrées étaient nombreuses (accessibilité aux zones de reproduction, extraction de granulats, pêcheries commerciales, compétition avec des espèces introduites…). Elle sont aujourd’hui traitées en grande partie, mais les efforts doivent être poursuivis. Compte tenu de la longueur du cycle de vie, avec une maturation sexuelle des mâles vers 10 ans et des femelles vers 15 ans, et de sa complexité avec une alternance entre l’eau douce et l’océan, et un éloignement entre zone de naissance, de croissance et de reproduction, la gestion de l’esturgeon européen doit se faire de manière globale à l’échelle européenne et en associant tous les partenaires impliqués.

La démarche de sensibilisation du monde de la pêche, engagée lors du premier plan national d’actions, permet de suivre la présence des esturgeons européens en fleuve, en estuaire et en mer, grâce aux déclarations de captures accidentelles et aux observations. Ces informations mettent en évidence une répartition des esturgeons issus des repeuplements réalisés de 2007 à 2014 sur la façade atlantique. Depuis ces dernières années ils semblent revenir vers leur zone de naissance pour se reproduire. Le stock en captivité sur le site de St Seurin sur l’Isle est constitué initialement d’individus sauvages, puis d’individus issus des reproductions assistées. Il a soutenu des reproductions assistées et des lâchers de plus de 1,7 millions de larves et juvéniles à différents stades. La protection des habitats fluviaux et estuariens est un des éléments essentiels à la restauration de l’espèce afin d’optimiser la réussite du cycle aux différents stades de l’espèce. La prévention sur les risques d’introduction dans le milieu naturel d’espèces d’esturgeons allochtones est cruciale afin d’éviter les compétitions alimentaires, d’habitats, les risques d’hybridations… Ces points seront largement traités dans le nouveau plan national d’actions. Des travaux de recherche seront encore nécessaires pour optimiser les lâchers, les suivis en milieu naturel. Les partenariats internationaux seront développées afin de garantir le succès du programme à l’échelle européenne.