Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique

Projet d’arrêté fixant la liste des insectes représentés sur le territoire de la collectivité d’outre-mer de Saint-Martin protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection

publié le 9 octobre 2019

Dans les départements et collectivités d’outre-mer, des travaux sont en cours pour actualiser le dispositif législatif de protection des espèces animales et végétales.
D’un point de vue scientifique, l’amélioration des connaissances a permis de mieux préciser l’état de conservation de la faune de ces écosystèmes insulaires, et même dans certains cas d’identifier de nouvelles espèces sur ces territoires. C’est le cas notamment de l’entomofaune, qui présente une diversité particulièrement marquée, avec probablement encore de nouvelles espèces à découvrir.

Il n’existe actuellement à Saint-Martin aucune espèce protégée d’insecte.
L’arrêté mis en consultation vise à protéger une espèce d’insecte particulièrement emblématique de Saint-Martin. Il s’agit du Solenoptère de Chalumeau (Solenoptera chalumeaui), une espèce de coléoptère endémique de Saint-Martin. L’espèce n’y est présente que sur le Pic Paradis, soit une aire de répartition mondiale extrêmement réduite, de l’ordre de 0,10 km².

La principale menace pesant sur l’espèce est la destruction et l’altération de ses habitats en lien avec l’anthropisation.

La France, au travers de Saint-Martin, possède une responsabilité importante en matière de conservation de cette espèce, pour l’intégralité de ses effectifs mondiaux.

Les mesures proposées permettent à l’article 2 une protection stricte des spécimens ainsi qu’une protection des sites de reproduction et des aires de repos. La perturbation intentionnelle des animaux est interdite.

L’arrêté a été soumis pour avis au Conseil national de la protection de la nature du 24 septembre 2019 (avis favorable).

En application du dernier alinéa du II de l’article L. 123-19-1 du code de l’environnement, les observations du public pour cette consultation sont rendues accessibles au fur et à mesure de leur réception. Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.

La consultation est ouverte du mercredi 9 octobre au dimanche 3 novembre 2019.