Consultations publiques

Projet d’arrêté fixant la liste des arachnides représentés sur le territoire de la Martinique protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection

publié le 9 juin 2017

L’arrêté soumis à la consultation du public vise à définir, pour la première fois, la liste des arachnides représentés dans le département de la Martinique et méritant d’être protégés sur l’ensemble du territoire national. En l’état actuel des connaissances, seule la Matoutou falaise (Caribena versicolor, anciennement Avicularia versicolor) présente un degré de menaces nécessitant la mise en place d’une protection totale des spécimens et de leurs habitats.
La Matoutou falaise est une espèce de mygale endémique de la Martinique. Elle est à l’origine typiquement liée aux milieux forestiers mésophiles à méso-hygrophiles. Mais cette dépendance n’est pas stricte et l’espèce persiste dans les biotopes secondarisés, pour peu que l’environnement reste du type « forêt moyennement humide ».
La dégradation de l’environnement a entrainé un assèchement du milieu avec une reprise forestière à tendance xérophytique en remplacement des massifs originels essentiellement méso- et hygrophytiques. L’aire de distribution de Matoutou falaise a ainsi considérablement régressé (2 populations principales au nord de l’île et quelques isolats).
La Matoutou falaise est menacée. Elle est devenue un nouvel animal de compagnie (NAC) prisé par les terrariophiles. Pour satisfaire ce marché, les prélèvements dans la nature se sont développés (braconnage, saisies douanières).
Un dispositif réglementaire de protection était déjà en place, mais insuffisant.
L’arrêté préfectoral du 9 novembre 1995 protège intégralement l’espèce en tout temps et sur tout le territoire de la Martinique. Mais l’interdiction de la détention n’est pas prévue.
Le classement de cette mygale en tant qu’espèce protégée sur l’ensemble du territoire national permettra aux agents de la police de l’environnement de pouvoir contrôler l’origine licite des spécimens vendus ou détenus en métropole.
Les mesures proposées permettent une protection stricte des spécimens sur l’ensemble du territoire national, ainsi qu’une protection des habitats sur tout le département de la Martinique.

La consultation est ouverte du 9 juin au 3 juillet 2017.

En application du dernier alinéa du II. de l’article L. 123-19-1 du code de l’environnement, les observations du public pour cette consultation sont rendues accessibles au fur et à mesure de leur réception.
Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.