EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 16 juin 2016 portant désignation du site Natura 2000 Réseau hydrographique du Lisos (zone spéciale de conservation)

Du 28/06/2018 au 19/07/2018 - 1 commentaire

Projet d’arrêté et ses annexes (liste d’habitats et espèces, cartes) modifiant l’arrêté du 16 juin 2016 portant désignation du site Natura 2000 Réseau hydrographique du Lisos (zone spéciale de conservation) FR7200695


Télécharger :

  • fr7200695 annexe (format doc - 24.5 ko - 28/06/2018)
  • fr7200695 arrete (format doc - 20 ko - 28/06/2018)
  • fr7200695 fiche consultation  (format doc - 23.5 ko - 28/06/2018)
  • fr7200695 zsc carte assemblage (format pdf - 5.4 Mo - 28/06/2018)Temps de téléchargement estimé : 1 min 28 s (512 K), 44 s (1024 K), 22 s (2 M), 8 s (5 M).
  • fr7200695 zsc carte n1 3 (format pdf - 5.8 Mo - 28/06/2018)Temps de téléchargement estimé : 1 min 35 s (512 K), 47 s (1024 K), 23 s (2 M), 9 s (5 M).
  • fr7200695 zsc carte n2 3 (format pdf - 12.5 Mo - 28/06/2018)Temps de téléchargement estimé : 3 min 24 s (512 K), 1 min 42 s (1024 K), 51 s (2 M), 20 s (5 M).
  • fr7200695 zsc carte n3 3 (format pdf - 12.5 Mo - 28/06/2018)Temps de téléchargement estimé : 3 min 25 s (512 K), 1 min 42 s (1024 K), 51 s (2 M), 20 s (5 M).
Commentaires
  •  je suis contre ce projet c’est la mort de tous les oiseaux d’élevage ;, par Bezault José , le 1er juillet 2018 à 22h02

    Par mon commentaire dans cette consultation publique, je souscris pleinement au constat suivant :

    Madame, Monsieur,

    Le décret du 23 Février 2017 précise que l’agrément est accordé après avis de la commission consultative faune sauvage captive, or cette commission n’a pas été réunie au prétexte qu’elle n’a pas été renouvelée dans les délais et dans le respect des règles nouvellement applicables quand au respect de la parité homme/femme. On remplace donc la réunion de cette commission liée à un manque d’anticipation et un oubli quand aux règles de respect de la parité par une consultation publique, alors même que l’ensemble des membres de l’ancienne commission n’ont pas tous été avertis de cette consultation publique ainsi que les associations et organisations professionnelles concernées.

    Par ailleurs la dernière version du projet d’arrêté (abrogeant les 2 arrêtés du 10 août 2004 et l’arrêté du 25 octobre 1995) n’a pas non plus été transmise à l’ensemble des acteurs pour obtenir leur retour alors que le décret sur lequel la consultation publique a lieu découle directement de l’application de ce futur arrêté.

    A l’heure actuelle nous ne savons toujours pas si :

    - au titre de la CITES, les races et variétés domestiques mentionnées dans l’arrêté du 11 août 2006 devront être inscrites sur ce fichier, cela change énormément de choses en terme de nombres d’animaux à inscrire.
    - si les espèces de l’annexe X du CE 865/2006 doivent ou non être inscrites au fichier (Ils sont exemptés de marquages et de certificats par l’art.62 de ce même règlement)
    - si les espèces chassables en France listées dans l’arrêté du 26 juin 1987 mais protégées par l’arrêté du 25 mars 2015 (faune guyanaise) doivent être enregistrées, alors qu’au titre du 10 août 2004 l’autorisation et le marquage ne sont pas obligatoires, comme pour les annexes X du CE 865/2006.
    - une grande incertitude subsiste sur la faisabilité du marquage et les modalités de marquages pour de nombreuses espèces et sa pertinence en cas de contrôles.
    - le gestionnaire du fichier peut il apporter la preuve qu’il est capable de gérer des données photographiques d’identifications de bonne qualité et à grande très échelle (inscription de 500.000 Lézards et amphibiens déjà présents puis au moins 50.000 par an).

    Des problèmes de faisabilités et économiques

    - L’enregistrement au fichier d’espèces ultra courantes en élevage en annexes B, C et D du CE 338/97 n’est tout simplement pas réaliste et risque d’entraîner l’inverse du but recherché : arrêt de l’élevage, abandons d’animaux (ou lâché dans la nature) impossibilité d’identifier des dizaines de milliers d’animaux par les vétérinaires et impossibilité de contrôle d’une telle quantité d’animaux par les agents de l’ONCFS. Augmentant par cette volonté administrative, le nombre d’infractions et de délits alors qu’il n’y pas lieu d’être aux vues des règlements communautaires. Ne vaudrait-il pas mieux se concerter pour disposer d’un outil efficace pour la lutte contre le trafic des espèces vraiment à risque ?
    - le coût des enregistrements n’a pas pu être discuté ou négocié avec les associations et les différents acteurs. Les parcs et zoos, Centres de soins et refuges de la faune sauvage ont pu obtenir un abonnement forfaitaire sous convention, mais il n’y a pas eu de négociation avec les autres professionnels ayant également un numéro de SIRET ou RNA pour les associations ainsi que pour les éleveurs avec cheptel important. Le coût d’enregistrement pour les particuliers d’animaux à très faible valeur marchande va rendre de fait impossible ces enregistrements, il conviendra de prévoir des exclusions ou d’accepter d’autres types d’identifications que ceux prévus dans le projet d’arrêté actuel.

    Autant un consensus a été obtenu quand à l’enregistrement au fichier des espèces prévues dans les arrêtés du 10 août 2004 (annexe A et protégés Guyane ou faune française avec un rond et carré noir), l’extension de cette obligation à l’ensemble des annexes non domestiques ou domestiques du règlement CE 338/97 change totalement la donne. Les associations et les différents acteurs n’ont pas été avertis de ce changement avant la parution du décret du 23 Février 2017 rendant ainsi impossible tout recours dans les 2 mois suivant la parution de ce texte au JO le 25 février 2017.

    La commission consultative faune sauvage captive ainsi que les acteurs associatifs et professionnels n’ont pas non plus été consultés avant la promulgation de ce décret. Les quelques échanges informels se voulaient rassurants avec la possibilité d’intervenir plus tard lors de la rédaction de l’arrêté objet de la présente consultation.

    Nous sommes tous conscients de l’intérêt que peut présenter un fichier national d’identification de la faune sauvage, toutefois en l’état ce projet ne va pas dans le sens de la simplification administrative et d’une application plus européenne prônée par le gouvernement et risque tout simplement d’être inefficace en raison du manque de concertation et des difficultés d’applications sur le terrain.

    En conséquence, nous demandons la suspension des projets d’arrêtés qui découlent de ce décret. Nous demandons la nomination urgente d’une nouvelle commission faune sauvage captive afin qu’elle soit consultée sur ces textes et plus largement que la concertation soit étendue à l’ensemble des acteurs : associations et professionnels dans le but d’obtenir des textes applicables et faisant consensus

    Suivant un ordre alphabétique, position commune cosignée par :

    - Membres des CNCFSC : Pierre Channoy, Jean-Marc Charpentier, Guillaume Coat, Karim Daoues, Laurent Fontaine, Alain Hennache, Laurent Lejeune, Emmanuel Lemonnier,
    - Parcs & Zoos : Alexandre Liauzu (Zoo d’Upie), Jean-louis Liégeois (Fauconnerie du Puy du fou), Luc Lorca (Zoo d’Asson), Jacques-Olivier Travers (Les aigles du Leman),
    - Associations agréées : ANCGE, AVIORNIS France, CDE, FFO, UOF... WPA France
    - Syndicats professionnels : PRODAF, SNTF,
    - Associations : AFSA, Agir Espèces, ANFA, EIE, EPPSA, ICC France,
    - Entreprises : Animal Diffusion, Ericae, La Ferme de Beaumont, La Ferme Tropicale, Reptilis, Terrario Center,