EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêté relatifs aux chasses traditionnelles dans le département des Ardennes

Du 07/06/2021 au 28/06/2021 - 3349 commentaires

Les deux projets d’arrêté définissent les prélèvements maximums autorisés pour la saison 2021-2022 à l’aide de tenderies et filets, moyens de chasse traditionnelle, dans le département des Ardennes.

Les projets d’arrêtés soumis à consultation fixent les prélèvements maximums autorisés pour le Merle noir (Turdus merula) et différentes espèces de Grives : Grives draine (Turdus viscivorus), Grive litorne (Turdus pilaris), Grive mauvis (Turdus iliacus), Grive musicienne (Turdus philomelos) ainsi que les Vanneaux huppés (Vanellus vanellus) et les Pluviers dorés (Pluvialis apricaria) dans le département des Ardennes au titre des chasses traditionnelles.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "Oiseaux" (2009/147/CE), prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre chargé de la chasse autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Les chasses traditionnelles dans le département des Ardennes sont encadrées par deux arrêtés du 17 août 1989 relatifs d’une part à la tenderie aux Grives ou aux Merles noirs et d’autre part à la tenderie des Vanneaux huppés et Pluviers dorés. Ces textes renvoient la détermination des plafonds départementaux de prélèvement à des arrêtés ministériels annuels.

La présente consultation porte sur ces deux arrêtés pour la saison 2021-2022, lesquels prévoient la reconduction des plafonds de l’année passée répartis comme suit :

La tenderie aux Grives et aux Merles noirs consiste à accrocher à un arbre un piège à lac (lacet à nœud coulissant) sur lequel sont disposées des baies pour attirer l’oiseau.

S’agissant de cette tenderie, la sélectivité est assurée par la technicité de la pratique ainsi que par les caractéristiques des lacs employés.

La tenderie aux Vanneaux huppés et Pluviers dorés consiste pour sa part à piéger vivants les oiseaux à l’aide de filets rabattants qui sont actionnés sur commande des chasseurs. Des appelants placés à côté servent à les attirer.
S’agissant de cette tenderie, la sélectivité est assurée par la spécificité de cette chasse et la présence du chasseur sur les lieux qui actionne le filet.

Le nombre maximal de prélèvements autorisés est en deçà de 1 % de la population totale de chaque espèce, correspondant à la mortalité naturelle annuelle.

En effet, les grives sont des espèces migratrices, il y a donc lieu de tenir compte des données des couples nicheurs ci-dessous pour la France. En population en France, en fin de reproduction, on estime 2 jeunes par couples en moyenne, ce qui permet de calculer les populations issues de couples nicheurs de :

Ces techniques sont donc considérées comme sélectives et respectant le critère des petites quantités en application de l’article 9 de la directive « Oiseaux ».

Une procédure contentieuse à l’encontre des précédents arrêtés est actuellement en cours et doit faire l’objet d’une décision du Conseil d’Etat prochainement. Le Ministère de la transition écologique pourrait être amené à modifier les arrêtés pendant la période de consultation ou à l’issue de celle-ci afin de prendre en considération la décision de la haute juridiction administrative.

Les prélèvements des trois dernières campagnes sont repris dans le tableau ci-dessous :

Les projets d’arrêtés ont fait l’objet d’un avis défavorable du Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage du 5 mai 2021.

Les projets d’arrêtés présentent un impact sur l’environnement et nécessitent à ce titre une consultation du public en application des dispositions de l’article L.123-19-1 du code de l’environnement.


Télécharger :

Commentaires
  •  non à ces chasses aux lacets, par fraisse , le 28 juin 2021 à 20h35

    Les populations d’oiseaux des champs et des villes sont en déclin avéré et ces chasses y contribuent. Notre devoir est de tout faire pour préserver la biodiversité et faire hériter nos enfants d’une planète correcte. De plus la cruauté et la barbarie de ces chasses ancestrales sont inadmissibles. Faisons pencher la balance vers l’humanité et la compassion et le monde sera meilleur.

  •  Contre cette barbarie , par Strassmann , le 28 juin 2021 à 20h33

    Des milliers d’oiseaux disparaissent de nos contrées pourquoi persister cette horreur ?

  •  Non à ces pratiques barbares, par VALDIVIESO , le 28 juin 2021 à 20h24

    La Chase et moyenâgeuse et n’a plus sa pace au XXIeme siècle.

  •  Non à ces pratiques barbares, par VALDIVIESO , le 28 juin 2021 à 20h22

    La France devrait être l’exemple...

  •  Contre !, par VALDIVIESO , le 28 juin 2021 à 20h20

    Un pratique rétrograde.

  •  Avis contre , par Sophie Lengaigne , le 28 juin 2021 à 20h13

    Contre le piégeage des oiseaux.

  •  Chasse dite traditionnelle en Ardenne , par Marnier-Bissier , le 28 juin 2021 à 20h11

    Il est inadmissible en 2021 d’ en être encore à autoriser ce genre de chasse qui n’est que destruction de la biodiversité que d’autres s’emploient jours après jours à essayer de préserver.

  •  contre la pratique de la chasse aux filets, par Brisard Isabelle , le 28 juin 2021 à 20h10

    Je suis contre la pratique de la chasse au filet et toutes autres procédés barbares pour tuer des animaux qui en plus sont en déclin. Et de façon générale je suis contre la chasse qui est une pratique dépassée qui n’a plus lieu d’être en 2021. Respecter les traditions ne veut pas dire faire perdurer des pratiques cruelles et qui détruisent la biodiversité Merci

  •  non aux chasses barbares , par Noelle Pèlerins , le 28 juin 2021 à 20h02

    Je m’oppose aux deux projets d’arrêtés permettant ces ignobles chasses traditionnelles dans les Ardennes, chasses d’un autre âge celui de la barbarie.
    Ça suffit ! cette folie meurtrière alors que notre biodiversité est en déclin et que l’on devrait tous concourir à redresser la barre pour plus de nature, de faune en paix et moins d’actes de chasse.
    Ces modes de chasse ne sont pas sélectifs et de nombreux oiseaux dont la chasse n’est pas autorisée seront les victimes collatérales de ces traditions arriérées.
    Ça suffit ! cette mainmise des chasseurs que la majorité des français dénoncent.
    Même l’appel de 62 parlementaires contre ces pratiques d’un autre temps est resté sans effet.
    La nature est devenue peureuse déserte et muette, c’est une honte.
    ATTENTION la France est la mauvaise élève de l’Europe, déjà condamnée au niveau européen avec notamment sa chasse à la glue.
    Suite à une plainte de la LPO en mai 2019, la Commission européenne a mis en demeure la France pour manquement à ses obligations de protection des espèces menacées, ciblant notamment leur piégeage indifférencié sous prétexte de traditions.
    Reconduire ainsi ces arrêtés constitue une provocation envers la justice européenne qui fait encourir de lourdes sanctions financières à la France, pour le bénéfice de quelques-uns.
    Il est temps d’apprendre à vivre avec l’avifaune et de stopper ces massacres pratiqués par des "sadiques et ignorants".

  •  Avis favorable , par Sébastien , le 28 juin 2021 à 19h59

    Je donne un avis favorable au projet de décret et un avis défavorable à ces consultations débiles qui peuvent être effectuées à l’infini

  •  Contre, par REUGERT , le 28 juin 2021 à 19h58

    Je suis contre cette chasse traditionnelle non sélective

  •  Stop, par Florian O , le 28 juin 2021 à 19h57

    Se prétendre l’espèce la plus évoluée n’a aucun sens si on se bat pour faire perdurer les pratiques barbares et gratuites de ce genre. Arrêtons le massacres et fichons la paix à la nature.

  •  Je suis contre ce projet., par Busse Vanessa , le 28 juin 2021 à 19h54

    Ce type de chasse est non sélective alors que de nombreux oiseaux voient leur nombre diminuer dangereusement. Cette technique entraîne, de plus, des souffrances animales Inutiles. La tradition ne doit pas subsister quand elle va à l’encontre de la biodiversité.

  •  Contre. , par Annette Kriek , le 28 juin 2021 à 19h41

    ills fauts proteger nos faune. suffisant de choses à manger dans nos marchés et supermarches

  •  Contre, mille fois contre, par Maurice Oléna , le 28 juin 2021 à 19h39

    Il faut venir au bout de ces « traditions ».

  •  Chasse raisonnée = chasse approuvée, par O.Brentot , le 28 juin 2021 à 19h39

    Ce type de chasse est, sans nulle doute, déclarée traditionnelle, mais elle a su s’adapter aux modes de gestions modernes et durables visant à préserver tant la biodiversité qu’une culture cynégétique ancienne.
    Loin d’un débat stérile, dogmatique et réducteur "pour ou contre", je constate que ce type de chasse est réalisé avec intelligence. Je fais donc confiance aux gens qui en ont la responsabilité et approuve la démarche entreprise.
    compte-tenus des effectifs estimés après comptage, les quotas semblent plus que raisonnables aussi je ne vois pas ce qui pourrait empêcher le maintien de cette activité dans ces conditions.
    Mon avis est donc favorable.

  •  Contre ce projet d’arrêté, par Cavalier , le 28 juin 2021 à 19h37

    Contre ce projet, tout comme le piégeage à la glu, il s’agit d’une technique de piégeage non sélective, pouvant entraîner la mort de nombreuses espèces frugivores protégées.

  •  Contre !, par Legrand Yves , le 28 juin 2021 à 19h30

    Plus qu’inutile, ce genre de chasse est nuisible à la biodiversité.

  •  CONTRE LE MASSACRE INJUSTE DES ANIMAUX, par BOCK , le 28 juin 2021 à 19h28

    Je me positionne fermement CONTRE les chasses traditionnelles et le "prélèvement" (joli euphémisme mais on n’est pas des billes) dans le département des Ardennes comme dans tout autre département français. Ces pratiques de chasses doivent cesser

  •  Résolument contre toute sorte de piégeage , par Robin Mabila , le 28 juin 2021 à 19h26

    Bonjour
    Je m’oppose fortement à toutes ces pratiques d’un autre temps. Laissons les animaux vivre dans la nature.