EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêté relatifs aux chasses traditionnelles dans le département des Ardennes

Du 07/06/2021 au 28/06/2021 - 3349 commentaires

Les deux projets d’arrêté définissent les prélèvements maximums autorisés pour la saison 2021-2022 à l’aide de tenderies et filets, moyens de chasse traditionnelle, dans le département des Ardennes.

Les projets d’arrêtés soumis à consultation fixent les prélèvements maximums autorisés pour le Merle noir (Turdus merula) et différentes espèces de Grives : Grives draine (Turdus viscivorus), Grive litorne (Turdus pilaris), Grive mauvis (Turdus iliacus), Grive musicienne (Turdus philomelos) ainsi que les Vanneaux huppés (Vanellus vanellus) et les Pluviers dorés (Pluvialis apricaria) dans le département des Ardennes au titre des chasses traditionnelles.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "Oiseaux" (2009/147/CE), prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre chargé de la chasse autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Les chasses traditionnelles dans le département des Ardennes sont encadrées par deux arrêtés du 17 août 1989 relatifs d’une part à la tenderie aux Grives ou aux Merles noirs et d’autre part à la tenderie des Vanneaux huppés et Pluviers dorés. Ces textes renvoient la détermination des plafonds départementaux de prélèvement à des arrêtés ministériels annuels.

La présente consultation porte sur ces deux arrêtés pour la saison 2021-2022, lesquels prévoient la reconduction des plafonds de l’année passée répartis comme suit :

La tenderie aux Grives et aux Merles noirs consiste à accrocher à un arbre un piège à lac (lacet à nœud coulissant) sur lequel sont disposées des baies pour attirer l’oiseau.

S’agissant de cette tenderie, la sélectivité est assurée par la technicité de la pratique ainsi que par les caractéristiques des lacs employés.

La tenderie aux Vanneaux huppés et Pluviers dorés consiste pour sa part à piéger vivants les oiseaux à l’aide de filets rabattants qui sont actionnés sur commande des chasseurs. Des appelants placés à côté servent à les attirer.
S’agissant de cette tenderie, la sélectivité est assurée par la spécificité de cette chasse et la présence du chasseur sur les lieux qui actionne le filet.

Le nombre maximal de prélèvements autorisés est en deçà de 1 % de la population totale de chaque espèce, correspondant à la mortalité naturelle annuelle.

En effet, les grives sont des espèces migratrices, il y a donc lieu de tenir compte des données des couples nicheurs ci-dessous pour la France. En population en France, en fin de reproduction, on estime 2 jeunes par couples en moyenne, ce qui permet de calculer les populations issues de couples nicheurs de :

Ces techniques sont donc considérées comme sélectives et respectant le critère des petites quantités en application de l’article 9 de la directive « Oiseaux ».

Une procédure contentieuse à l’encontre des précédents arrêtés est actuellement en cours et doit faire l’objet d’une décision du Conseil d’Etat prochainement. Le Ministère de la transition écologique pourrait être amené à modifier les arrêtés pendant la période de consultation ou à l’issue de celle-ci afin de prendre en considération la décision de la haute juridiction administrative.

Les prélèvements des trois dernières campagnes sont repris dans le tableau ci-dessous :

Les projets d’arrêtés ont fait l’objet d’un avis défavorable du Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage du 5 mai 2021.

Les projets d’arrêtés présentent un impact sur l’environnement et nécessitent à ce titre une consultation du public en application des dispositions de l’article L.123-19-1 du code de l’environnement.


Télécharger :

Commentaires
  •  Je soutiens les chasses traditionnelles Ardennaises et du Sud-Ouest, par Olivier Nolens , le 26 juin 2021 à 15h12

    - Les chasses traditionnelles des grives, du merle et des vanneaux font partie du patrimoine cynégétique des Ardennes.
    - Ces chasses traditionnelles font partie de nos traditions culturelles et nécessitent beaucoup de temps et d’habiletés techniques de la part de chasseurs passionnés.
    - Ce sont des chasses qui ne donnent lieu qu’à de très faibles prélèvements qui n’ont aucune incidence sur l’état de conservation des populations concernées.
    - En cas de capture accidentelle d’espèces non autorisées, les chasseurs de vanneaux peuvent sans difficulté les relâcher car les dispositifs de capture n’occasionnent pas de souffrance inutile.
    - Ces quotas sont une dérogation spécifique de la Directive validée par la jurisprudence dès lors que ces prélèvements sont limités à 1% de la mortalité annuelle des populations sources et que ceux-ci sont opérés au titre d’une tradition et dans des conditions strictement contrôlées.
    - Les dernières estimations disponibles démontrent, y compris pour le vanneau huppé, que ces quotas sont tout à fait conformes et sont inférieurs à ce seuil de 1%.
    - Les quotas proposés sont très faibles et n’ont aucune influence sur l’état de conservation de l’espèce.
    - L’impactdecesquotasdemandéssurl’étatdeconservationdesespècesestde fait négligeable puisque le critère du 1% a été établi par l’Union Européenne pour respecter cette condition.
    - La « chasse », comprise comme un système, c’est-à-dire l’ensemble des prélèvementsajoutéauxactionsdeconservationmenéesparleschasseurs, peut s’avérer davantage durable, même pour des espèces en déclin, que l’absence de chasse.
    - Les lieux où sont pratiquées les chasses traditionnelles sont tout à fait connus et accessibles aux agents chargés de la police de la chasse. Ils sont parfaitement contrôlables.
    - La réglementation est très stricte et les arrêtés d’ouverture très détaillés dans les règles qui s’imposent aux chasseurs.
    - Les chasseurs renseignent leurs prélèvements quotidiennement et la traçabilité des opérations est assurée par la tenue d’un carnet individuel qui est rendu aux FDC annuellement et dont les DDT assurent le suivi.

  •  non à la pratique de la chasse aux tenderies et filets, par Montagut , le 26 juin 2021 à 15h11

    non à la pratique de la chasse aux tenderies et filets

  •  Opposition aux deux projets d’arrêté relatifs aux chasses traditionnelles dans les Ardennes..., par Mireille Michaux , le 26 juin 2021 à 14h59

    Je m’oppose aux deux projets d’arrêté relatifs aux chasses traditionnelles dans les Ardennes. Le premier autorise la capture de 5800 grives et merles noirs par tenderie par lac. Le second autorise la capture de 1200 vanneaux huppés et 30 pluviers dorés par tenderie. Soit au total, 7030 oiseaux qui pourront être prélevés. Les quotas pour 2021-2022 sont équivalents à ceux fixés pour 2020-2021.

    Les grives, merles noirs, vanneaux huppés et pluviers dorés sont déjà victimes de prélèvements importants par la chasse à tir. Pourquoi donc en rajouter encore au nom de méthodes de chasse traditionnelles pour lesquelles la France doit, de plus, demander une autorisation de prélèvement ?

    Le vanneau huppé est en régression inquiétante dans notre pays, les populations nicheuses et hivernantes sont en diminution. Pourtant vous octroyez encore une fois les mêmes quotas tout comme pour le pluvier doré. Les captures par tenderie sont restées l’an dernier en deça des quotas fixés, tout comme les années précédentes. Contrairement à ce que vous affirmez cette méthode chasse n’est absolument pas sélective. Le résultat étant que des espèces non concernées en seront inéluctablemnt victimes.
    En ce qui concernent les merles noirs et les grives, les prélèvements là aussi sont exactement les mêmes que l’an dernier et les prélèvements restés en deça. Les captures s’effectuent par lac et l’oiseau se rerouve étranglé/pendu. Outre la cruauté de cette méthode de chasse archaïque, sa non sélectivité fait que d’autres espèces en seront victimes sans qu’elles puissent se libérer ou être relâchées.
    Qu’il s’agisse de la grive, du merle noir, du vanneau huppé ou de pluvier doré, ces quatre espèces paient donc un lourd tribut pendant la saison de chasse à tir, il est dès lors incompréhensible que l’État français s’abaisse par le biais de sa Ministre de l’écologie, à devoir demander un dérogation puisque ces chasses dites traditionnelles sont interdites dans l’Union Européenne.
    Par ailleurs,comment est-il possible de faire cette requête d’autorisation de prélèvement, alors même que des procédures sont en cours contre les arrêtés précédents et pour les mêmes raisons? Pourquoi n’attendez-vous pas la décision du Conseil d’État?

    Cela démontre le peu de cas qui est fait, en France, de cette biodiversité, pompeusement qualifiée de cause du quinquennat, qui continue de s’effondrer et dont manifestement la souffrance importe si peu que deux projets d’arrêté destinés à une minorité cynégétique agissante, fassent l’impasse sur sa préservation.

    Ni urgence, ni justification, je vous demande de renoncer à ces deux projets d’arrêté.

  •  Chasses traditionnelles dans les Ardennes., par Charlier Stéphane , le 26 juin 2021 à 14h59

    Les chasses traditionnelles au merles, grives, vanneaux et pluviers dans les Ardennes sont des plus écologique car elles n’utilisent pas d’armes à feux et les prises sont limitées car les techniques de captures sont dépendantes du bon vouloir des oiseaux à entrer dans les pièges.

  •  Chasses traditionnelles, par lherm pascal , le 26 juin 2021 à 14h39

    Avis favorable mais quotas insuffisants

  •  Stop à la chasse traditionnelle à l’aide de tenderies et filets dans le département des Ardennes., par Cavallo , le 26 juin 2021 à 14h32

    La population de ces oiseaux s’effondre. Il faut cesser de les chasser.
    Il est temps d’arrêter de conserver des traditions qui ne respectent pas les autres espèces et l’environnement.
    La chasse tue des humains aussi. Nous n’avons pas de droit de vie ou de mort sur une autre espèce. Les populations se régulent d’elles mêmes.

  •  Non, par Rambert , le 26 juin 2021 à 14h12

    Radicalement contre ce projet d’arrêté.

  •  Contre la chasse aux filets et tenderie, par AD34 , le 26 juin 2021 à 13h08

    Je suis contre ces chasses traditionnelles qui accentuent la raréfaction des espèces concernées. Quand on voit les moyens de déplacement de bon nombre d’adeptes de la tradition, on ce demande si ces puissants 4x4 climatisés d’origine asiatique ou allemande font bien partie de la tradition.
    Si les Egyptiens qui posent des kilomètres de filets d’orgine chinoise vendu sur Alibaba.com pour braconner les oiseaux migrateurs évoquent également la tradition
    on comprend pourquoi les populations de certaine espèce s’amenuisent au fil du temps et finissent par disparaitre de notre territoire comme c’est arrivé pour la Pie-grièche à poitrine rose qui subit différents type de piègeage " traditionnel" lors de son passage au moyen-orient.

  •  Avis défavorable, par Pauline Seguin , le 26 juin 2021 à 12h49

    Je croyais que nous avions enfin clos ce sujet. Je ne comprends pas qu’il soit encore sur la table. La biodiversité est en train de connaître une extinction massive du aux activité humaines. Il me paraît evident que la chasse doit être proscrite, surtout en ce qu’elle concerne des petits oiseaux particulièrement vulnérables, tradition ou pas tradition. Il s’agit d’une urgence de protéger la vie. Messieurs les chasseurs, mettez vous à la photographie c’est très satisfaisant et inoffensif.

  •  Je suis opposée à ces prélèvements, par BERGER Dominique , le 26 juin 2021 à 12h06

    Je suis opposée à ces prélèvements d’oiseaux. Ils ne présentent pas une menace justifiant ces mises à mort cruelles qui n’apportent en réalité que du plaisir malsain à ceux qui pratiquent cette chasse. Comment l’état peut-il soutenir de telles pratiques contre l’avis de la majorité de la population? Pesez le pour et le contre avant de prendre cette décision de vie ou de mort sur des milliers d’êtres vivants innocents. Merci.

  •  bio diversité, par Pinard Francois-Xavier , le 26 juin 2021 à 12h03

    les ruraux, les chasseurs ruraux et ceux qui leurs sont proches, ont les pieds sur le terrain de la biodiversité.
    Leur contribution à la connaissance des expeces , à l’évolution de leurs terrains biotopes est majeure. Que serait une nature sous la seule emprise de gens venus d’ailleurs ?

    gérer, OUI, interdire NON.

    Exemple : les plans de chasse chevreuils, en place en Alsace Moselle par l’Allemagne pendant l’annexion, ont produit à des pratiques et à une culture de la biodiversité. ENraciné en Moselle, j’ai vu arriver les plans de chasse chevreuil dans la marne début années 1970, et la fin du tir par n’importe qui à plomb pas vu pas pris, et la diffusion de cette espèce sur tout le territoire.
    fx pinard 51230 Faux-fresnay

  •  Projets d’arrêté relatifs aux chasses traditionnelles dans le département des Ardennes, par FEUILLADE , le 26 juin 2021 à 11h40

    Avis favorable aux projets mais les quotas sont insuffisants

  •  Contre ces projets de chasses traditionnelles, par Praud Francine , le 26 juin 2021 à 11h31

    Les Grives et Merles sont actuellement victimes d’un virus qui induit une mortalité conséquente et une baisse des effectifs (les comptages du programme ODF* en cours de réalisation donneront des informations chiffrées). Victime des pratiques agricoles intensives, le Vanneau huppé est une espèce menacée d’extinction au niveau mondial. Concernant cet oiseau, rappelons qu’il n’y a que 15 000 couples nicheurs en France. Les chasseurs français devraient faire preuve de solidarité et cesser toute pression cynégétique sur le Vanneau huppé. Enfin, les techniques de chasses traditionnelles dont il est question ici ne sont pas assez sélectives pour être encore acceptables dans un contexte d’effondrement des populations aviaires. Quand la situation change, les traditions doivent évoluer en conséquence. Certaines, incluant les chasses traditionnelles non sélectives, doivent cesser pour le bien de tous. Nous avons une responsabilité face aux générations futures. Pour que nos enfants et leurs descendants puissent encore entendre le merveilleux chant flûté du Merle noir. Merci pour votre attention.
    * ODF = Oiseaux de France.

  •  NON à la pratique des tenderies aux vanneaux, pluviers, grives et merles dans les Ardennes., par Emmanuel Cosson , le 26 juin 2021 à 11h08

    NON à la pratique des tenderies aux vanneaux, pluviers, grives et merles dans les Ardennes.

  •  Avis défavorable , par bertsch claude , le 26 juin 2021 à 11h02

    Je suis contre cette arrêté. Ornithologue amateur et aussi sur le terrain on constate un effondrement de ces espèces .il faut rappeler que le virus Usulu a et continue d’affecter l’ensemble des passereaux merles, grives Elles ont subit des pertes considérables du à ce virus ; les autres espèces continuent lentement à ce dégrader (pesticide ; collision ; prédation des chats domestiques et retournés à l’état sauvage diminution de la biodiversité et insectes. On ne peut faire comme avant ces pratiques date du moyen âge. Ces espèces et l’ensemble de l’avifaune à besoin de ne plus subir de pression si l’on veut encore dans les 10ans avenir de continuer de les entendre et les regarder. Nous devons pour nos enfants mettre un peu de consensus et de respect pour leur transmettre des espèces vivantes et non en souvenir dans des livres.

  •  Laissez les ruraux respirer !, par MAGOUS , le 26 juin 2021 à 10h50

    Les chasses traditionnelles font partie du patrimoine cynégétique et culturel des départements concernés,
    - Elles nécessitent beaucoup de temps et d’habiletés techniques de la part de chasseurs passionnés,
    - Ce sont des chasses qui ne donnent lieu qu’à de très faibles prélèvements et qui n’ont aucune incidence sur l’état de conservation des populations concernées compte tenu de la modestie des quotas,
    - Ce sont des chasses sélectives pour lesquelles les prises accessoires sont minimes, soit parce que les chasseurs activent manuellement les pièges, soit parce que les règles de l’art (taille des mailles du filet, hauteur et disposition des pièges) permettent de cibler les espèces chassées,
    - Dans le cadre de la tenderie aux vanneaux huppés et aux pluviers dorés dans les Ardennes et de la capture des alouettes des champs à l’aide de filets dans le Sud-Ouest, les éventuelles prises accessoires ne subissent aucun dégât, les quelques incidents recensés ne dépassant pas ceux observés dans le cadre des opérations de bagages réalisées par le Muséum national d’histoire naturelle,
    - Les lieux où sont pratiquées les chasses traditionnelles sont tout à fait connus et contrôlables pour les agents chargés de la police de la chasse,
    - Les chasseurs renseignent leurs prélèvements quotidiennement et la traçabilité des opérations est assurée par la tenue d’un carnet individuel qui est rendu aux Fédérations des chasseurs et dont les services de l’Etat assurent le suivi,
    - La réglementation est très stricte et les arrêtés d’ouverture très détaillés dans les règles qui s’imposent aux chasseurs,
    - Le Guide de la Commission sur la chasse réalisée en 2008 reconnaît la conformité de ces chasses à la directive Oiseaux.

  •  chasse traditionnelle , par bourlard , le 26 juin 2021 à 10h50

    soutien a la chasse traditionnelle merci aux messages de certains sois disant écologiste pour leurs insultes sa veut tout dire sur eux

  •  chasse traditionnelle, par GARCON BERNARD , le 26 juin 2021 à 10h46

    il faut que chacun de nous se respecte
    on a tous le droit aux loisirs
    apprenons tous dès notre jeunesse la nature existante et ses bienfaits

  •  CONTRE !, par Patricia Ducati , le 26 juin 2021 à 10h42

    Je suis contre cet arrêté prévoyant la destruction de plus de 7 000 oiseaux pour le plaisir de quelques uns, de la façon la plus cruelle qui soit. Et que faites-vous du plaisir que la majorité d’entre nous perd à ne plus voir la biodiversité qui s’effondre de jours en jours ? Il est urgent de la protéger !

  •  soutien aux chasses traditionnelles, par MARTEL , le 26 juin 2021 à 10h18

    tout mon soutien