DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 2656 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  Lutte contre la déforestation , par Cevasco jean marie , le 22 juillet 2018 à 19h53

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.
    Jean marie. Cevasco

  •  Changer de mode d’élevage entre autre, par Viguier , le 22 juillet 2018 à 19h52

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.
    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

  •  Ecocide, par rivière , le 22 juillet 2018 à 19h16

    Le plus grand pouvoir est celui du consommateur ; nous devons redoubler d’information envers ceux la pour promouvoir la consom’action

  •  lutte contre la déforestation importée, par BOURIGAULT NATHALIE , le 22 juillet 2018 à 19h11

    La nature est la base de la vie sur terre et l’etre humain s’auto détruit chaque jour en continuant à exploiter dangereusement les ressources de notre terre. Il existe d’autre carburant que l’huile de palme bien plus propre et moins dévastatrice mais qui ne génère pas assez d’argent donc non exploité

  •  Des pistes pour arrêter la deforestation , par Neuhausser , le 22 juillet 2018 à 18h55

    La France doit arrêter de soutenir et subventionner les agrocarburants de manière directe ou indirecte, et interdire complètement les importations de végétaux depuis l’autre bout du monde.
    Il faut aussi interdire aux raffineries françaises de s’approvisionner en matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Il faut sensibiliser la population à réduire la consommation de viande car alimenter les bêtes favorise la déforestation. Il faut aussi sensibiliser la population à acheter des produits de petits producteurs locaux car les petits producteurs n’ont pas les moyens de déforester des terrains immenses.

    De plus, il faudrait rendre obligatoire un étiquetage clair "Huile de palme" sur tous les produits en contenant.

    Et strictement interdire la destruction de forêts anciennes en France.

  •  Les droits de la terre, par Gazza , le 22 juillet 2018 à 18h55

    Les grands industriels sont les pilleurs de la planète, la course aux pognons aux detriments des ressources naturelles qui s’appauvrissent. Arrêtons ce massacre .

  •  Non aux agrocarburants, par Dupont Nadine , le 22 juillet 2018 à 18h51

    La France doit en finir à soutenir les agrocarburants qui font plus de dégâts à la planète qu’autre chose.

  •  Pour lutter contre la déforestation dans le monde , la France ne doit pas aider la production d’éthanol fabriquée par l’agriculture mais au contraire , la dissuader., par Creskens Georges , le 22 juillet 2018 à 18h47

    Il ne faut pas que la France soutienne la production d’éthanol fabriquée par l’agriculture mais au contraire la dissuader parce qu’elle provoque la déforestation .
    Si on fait le bilan complet ( déforestation comprise ) de la consommation d’éthanol d’origine agricole , elle produit deux fois plus de CO2 dans l’atmosphère que la consommation d’essence ordinaire .
    La production d’éthanol dans certain pays, prend la terre agricole des populations et appauvrit celles ci.
    Pour lutter pour une réduction du CO2 ,privilégions le soutien au développement des transports en commun et à la circulation en vélo , en y consacrant les moyens financiers publics suffisants.

  •  Stop !, par Maïtena Lapeyre , le 22 juillet 2018 à 18h38

    Aidons les populations menacées à retrouver leur autonomie !
    Retirons-nous de tous ces espaces spoliés !
    Rendons aux peuples, à la faune et à la flore, la totalité de leurs droits !
    Apprenons à vivre dans le respect et enseignons-le aux générations à venir.
    Et tenons tête aux décideurs si mal et si peu inspirés qu’ils ne savent que piller au lieu de créer !

  •  degradation du milieu naturel, par Jean-Pierre Rossignol , le 22 juillet 2018 à 18h31

    les forets tropicales ont de multiples fonctions ecosystémiques de protection globale du milieu naturel. Par leur utilisation sans retenus des ressources naturelles, les hommes sont en train de transformer la terre en un milieu de moins en moins favorable à la vie de l’humanité et de tous les organismes vivants. La déforestation détruit ainsi le poumon de la planète qui consomme le CO2 et restitue l’O2. La déforestation est aussi responsable de fortes érosions des sols , la couche arable est la première à disparaitre.
    stoppons le développement des mono-cultures arborées pour l’énergie (huile de palme)dans les pays tropicaux et développons des solutions en climat tempéré (chez nous).

  •  Stop aux agrocarburants !, par Sophie Maziane , le 22 juillet 2018 à 18h17

    La France ne doit plus soutenir les agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et, au contraire, doit les interdire. Il faut clairement inscrire cet objectif dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    La France ne doit plus alimenter le marché artificiel des agrocarburants : il faut clairement inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une prohibition de tout plan d’approvisionnement des raffineries françaises qui inclurait des matières premières alimentaires ou naturelles, ainsi que le fait la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Il faut contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, et la SNDI doit aller vers une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale, et doit mener des campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  STOP A LA DEFORESTATION, par FERRER , le 22 juillet 2018 à 18h02

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    • La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    • Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  protéger ici, saccager ailleurs ... trop facile, trop utilisé, depuis trop longtemps , par F Girard , le 22 juillet 2018 à 18h02

    marre des discours de "bonne conscience" et de la gestion à l’aveugle et à court terme de nos dirigeants !<br class="manualbr" />je recopie le texte d’un.e homonyme (merci à elle ou lui) :
    • La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    • La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    • Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

    Merci

  •  Des solutions "vertes" à long terme, par BRAUX , le 22 juillet 2018 à 18h02

    Je souhaite que mes enfants n’aient rien à reprocher à leurs parents, qu’ils puissent être fiers de nos actions et ce texte est bien en deçà de cette "loi humaniste et naturelle" qui devrait guider vos pas messieurs et mesdames les décideurs d’aujourd’hui ET POUR DEMAIN !
    Merci de penser à nous car n’oubliez jamais que notre rôle est aussi important que le votre même si vous ne vous en rendez pas encore compte.

  •  Il faut se donner les moyens d’appliquer une statégie et pas juste l’élaborer.., par Muriel Dussol , le 22 juillet 2018 à 17h34

    Je partagerai ces deux textes publiés ci-dessous par Michel Ruiz et Marie-claude Dussol car ils sont le reflet de ma pensée. =
    "Vous parlez de stratégie dans le texte ci-dessus !
    Est-ce que l’exploitation de l’or dans les plus belles forêts de Guyane en fait partie ?
    Est-ce que le soutien à ce scandale des agrocarburants (largement poussé par la FNSEA en France et par Total à l’import) en fait partie ?
    Est-ce que l’adhésion à un CETA ou autre accords internationaux du même type en fait partie ?
    Est-ce que le soutien à des projets comme la ferme des 1000 vaches, aux effets dévastateurs sur les forêts (soja transgénique brésilien au hasard) en fait partie ?
    etc, etc.....
    Les priorités et orientations gouvernementales montrent qu’elles sont à l’opposé du (ou des) but recherché ici....
    Il ne s’agit pas simplement d’élaborer une stratégie, encore faut-il se donner les moyens de la mettre en pratique (cf toutes les conférences précédentes)
    D’où mon titre....
    En espérant encore et toujours, me tromper..."

    "Les importations d’agrocarburants et de protéines pour l’alimentation du bétail doivent cesser : elles contribuent à la déforestation de vastes surfaces, contribuant à la chute de la biodiversité et à l’augmentation des gaz à effets de serre.
    La terre deviendra bientôt inhabitable pour l’humanité !"

  •  Stop à la déforestation !, par RIEUF , le 22 juillet 2018 à 17h31

    Arrêtons de détruire les forêts du monde.
    Le soutien de la France aux agrocarburants engendre de la déforestation, ce n’est pas acceptable quand on voit tous les déréglements climatiques dans le monde.
    Thierry

  •  Préserver la terre qui nous porte et nous nourris, par DEFONTAINE , le 22 juillet 2018 à 17h30

    Mesdames, Messieurs,
    J’estime que la France doit cesser d’alimenter le marché des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles.

    La SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

    J’aimerais que la France ne subventionne plus de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et qu’elle aille progressivement vers leur interdiction.

  •  arrêt immédiat de la déforêstation, par deas , le 22 juillet 2018 à 17h25

    Que le grand public soit informé de ce qui se passe afin qu’il prenne conscience de l’impacte que notre société de consommation à outrance a sur l’écosystème et la déforêstation. La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

  •  NON à la déforestation, par Issorel , le 22 juillet 2018 à 17h24

    Les forêts sont le poumon de la terre. Comment est-il possible que nous protégions nos propres forêts et qu’en même temps nous encouragions la déforestation des forêts de pays lointains ?
    Las agrocarburants sont une aberration, car ils vont à l’encontre de la transition écologique. De même l’importation de protéines animales animales contredit la nécessaire évolution d’une alimentation moins carnée, plus en accord avec les vrais besoins de l’organisme humain.

  •  consultation SNDI, par Girard , le 22 juillet 2018 à 17h10

    Bonjour,
    Je vous demande de bien vouloir respecter ces objectifs :
    • La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    • La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    • Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

    Merci
    Cordialement