DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 2656 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  Protégons TOUTES les forêts, par Oliver Gough , le 23 juillet 2018 à 10h37

    Elevages de bovins, plantations de palmiers, sur-consommation de papier et de cartons à cause de nos nouvelles habitudes d’achats sur internet... il faut que le gouvernement impose la direction à prendre et implique la population dans ces décisions. Il faut combattre ces lobbys pétroliers qui veulent faire passer les Agrocarburants comme une suite logique alors que ceux-ci sont plus polluants, producteurs de CO2 et dévastateurs de forêts. C’est l’heure d’avoir une politique forte sur la sauvegarde de nos forêts et de la re-forestation de terres agricoles délaissées dans les campagnes françaises (et dans le monde).

  •  TOTAL, par BENOIST , le 23 juillet 2018 à 10h25

    Bonjour,

    je suis scandalisé qu’au moment où les industriels de l’agroalimentaire commencent à généraliser les produits sans huile de palme (afin de répondre à une demande croissante des consommateurs), l’Etat autorise TOTAL à importer près de 300 000 t d’huile de palme pour verdir les carburants qui nous seront imposés. Cet accord pour ce projet est proprement scandaleux. Je garde en mémoire l’image de l’orang-outan tentant de faire fuir un buldozzer en se jetant sur la machoire d’acier qui détruit son habitat. A l’heure du plan national pour la biodiversité, il faut être cohérent et revenir sur cet accord.
    En parallèle, il faut revenir sur la loi Alimentation et encourager les repas végétariens car la déforestation est en grande partie due à la production de viande.
    Bref, arrêtez les discours et prenez enfin des décisions courageuses en taxant l’huile de palme et en encourageant les protéines végétales respectueuses de l’ennvironnement.

  •  Sauvons nos forêts !, par Margaux , le 23 juillet 2018 à 10h24

    Il faut prôner une alimentation végétale ! Arrêtons de soutenir les élevages et d’engraisser des animaux pour la production de viande ou de produits laitiers. Cette façon de consommer n’est ni éthique, ni responsable environnementalement. Cela détruit nos forêts et notre belle planète ! Il est temps d’agir !

  •  Proteger les forêts est une nécessité, par Hélène , le 23 juillet 2018 à 10h18

    Les forets sont indispensables à notre survie. Pour limiter la déforestation importée, ne produisons ni n’importons pas d’agrocarburants, limitons les élevages industriels en réduisant notre consommation de viande,ayons une gestion durable des forêts.

  •  Urgence, par Claire , le 23 juillet 2018 à 10h15

    Il est très urgent de protéger nos forêts et la biodiversité. Quel héritage allons nous laisser à nos enfants? La France ne doit plus soutenir les agrocarburants source de déforestation. De même, la réduction de la consommation de viande et l’alternative végétale doivent être promu afin de pouvoir nourrir une population de plus en plus nombreuse. L’avenir se joue maintenant, la France doit agir !

  •  Augmentons les moyens, par Romain , le 23 juillet 2018 à 10h07

    Il est largement temps d’agir contre la déforestation qui cause non seulement la perte d’habitats pour la flore et la faune, humains compris, pour la qualité de l’air, de l’eau et des sols. Ne rien faire est tout simplement une insulte à l’humanité passée, présente et future.

  •  Que respirerons nos enfants?, par Marion Denis , le 23 juillet 2018 à 10h00

    Il n’est plus temps de "développer des actions de lutte". Il faut avoir le courage politique de taxer largement ces produits (qui pour la plupart d’entre eux ne sont clairement pas de première nécessité) pour qu’ils soient à moyen terme remplacés par des éléments produits localement. Le bénéfice sera double, pour la Santé et l’économie !.
    Pensez à la santé de nos enfants et e nos petits enfants. Ils doivent pouvoir respirer comme il nous a été donné de le faire.
    Messieurs les députés nous comptons sur vous.
    Ne nous décevez pas.

  •  Unissons nous contre la déforestation, par Manc , le 23 juillet 2018 à 09h58

    Il est plus que temps d’endiguer cette vague d’inconscience, en agissant concrètement dès aujourd’hui pour que des solutions viables de préservation de notre poumon vert soient adoptées.

  •  Stop à la déforestation et oui au développement de mini forêts sur les nouveaux bâtiments , le 23 juillet 2018 à 09h57

    Supprimons tout simplement tous les produits qui entraînent une déforestation et valorisons le développement des jardins forêts dans les maisons ou les arbustes sur les nouveaux immeubles. Pourquoi ne pas proposer un bonus dans les impôts pour tous les bâtiments qui participent à la dépollution de l’air ?

  •  Cesser les importations de produits détruisants les forêts dont ogm , le 23 juillet 2018 à 09h57

    - interdire toute importation d’huile de palme
    - interdire l’importâtions de tout ogm
    - sensibiliser plus fortement sur les alternatives à la surconsommation de viande et de lait et inciter toutes les cantines (écoles et lieux de travail) à donner l’exemple avec des jours où aucun plat en contenant.
    - et nos forêts ? Toutes proportions gardées, la forêt d’Orleans est massacrée pour la commercialisation du bois et ce bel écosystème est transformé en pinède, dont le bois est plus rapidement rentable.
    Pensons à demain.
    merci

  •  contre le soutien aux agrocarburants , par denis , le 23 juillet 2018 à 09h56

    La France ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple . Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

  •  Stop à la déforestation, par Isabelle GERARDIN , le 23 juillet 2018 à 09h48

    Il est urgent de prendre des mesures vraiment efficaces pour stopper la déforestation afin de sauver notre planète pour l’avenir de nos enfants !

  •  Inciter à la réduction de la consommation de viande, par Ehret Antoine , le 23 juillet 2018 à 09h45

    Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Arrêtons le massacre !, par Franckanaky , le 23 juillet 2018 à 09h44

    Les forêts sont nos poumons, elles constituent un formidable climatiseur et sont un modèle en biodiversité. Il faut que la France et les pays Européens mettent toute leur énergie à les préserver au lieu de favoriser leur exploitation pour assouvir quelques industriels.
    A l’échelle planétaire, les industriels n’ont qu’une vision à court terme avec pour objectif leur croissance, afin que leurs profits (maximum, si possible) rétribuent leurs actionnaires sans voir que, sur le long terme, ils nous envoient droit dans le mur ! On a l’impression qu’ils n’ont pas de descendance !
    Il faut demander à l’ensemble des acteurs (pouvoirs politiques et publiques, industriels, ...) de s’engager à revoir leurs procédés de fabrication, d’orienter les recherches vers un système respectueux de notre planète et de ses habitants, pour donner le plus de chances possibles aux générations futures d’avoir une planète viable.

  •  stop déforestation , par marenka ledoux , le 23 juillet 2018 à 09h42

    Cher gouvernement,
    Fais donc en sorte qu’on arrête enfin de se tirer une balle dans le pied en déforestant à tout va. Que mangerons nous quand il n’y aura plus que du plastique, de l’informatique et un climat insupportable ? Conservons cette forêt ! Et tout est bon pour cela, y compris la taxation (forte) de produits issus de la déforestation !
    Merci

  •  Replanter partout où c’est possible, par OUDELIN , le 23 juillet 2018 à 09h41

    Avant tout, il faut arrêter de couper des arbres. Une loi devrait être promulguée pour punir les coupes inutiles (agrocarburants, golfs, parkings, magasins,...) car elles portent atteinte à la biodiversité et donc à l’être humain.
    Cette loi devrait prévoir également que toute coupe (construction, chauffage,..) nécessaire devra être compensée en multipliant par 2 les pertes.
    Les villes devraient être obligées de planter des arbres et des végétaux partout ou c’est possible.
    Dans les campagnes, il faut interdire immédiatement la monoculture à grands coups de pesticides et diversifié l’agriculture biologique.

  •  Maîtrise des sols et constructions , par Goupil , le 23 juillet 2018 à 09h33

    La France doit pleinement s’engager dans les zones du globes touchés par la déforestation et entraînant la disparition de la faune et la flore locale (huile de palme par exemple) en mettant en place des taxes d’importation sur les produits transformés ayant de près ou de loin causé la déforestation !!!!!!

    En France, il est urgent de favoriser fiscalement la construction de logements en bois (CLT ou autres) afin de favoriser le développement durable dans ce domaine stratégique ce qui permettra de maîtriser l’usage des sols, des forêts et des biens.

  •  ECOUTEZ LES CITOYENS, par thomas feller-girod , le 23 juillet 2018 à 09h26

    ARRETEZ LA DEFORESTATION PARTOUT DANS LE MONDE. FAITES LA PROMOTION DES ENERGIES RENOUVELABLES ET NON CONSOMMATRICES DES RESSOURCES NATURELLES

  •  Stoppons les aberrations économiques et marchons vers un monde durable, par Adele Badruna , le 23 juillet 2018 à 09h16

    La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Arrêtons de subir le lobby des industries !

  •  Développement durable, par CAPIT , le 23 juillet 2018 à 08h52

    Il est largement temps d’agir contre la déforestation qui cause non seulement la perte d’habitats pour la flore et la faune, humains compris, pour la qualité de l’air, de l’eau et des sols. Ne rien faire est tout simplement une insulte à l’humanité passée, présente et future.